Rio Tinto renonce à vendre ses activités diamants

lundi 24 juin 2013 10h38
 

par Sonali Paul

MELBOURNE (Reuters) - Rio Tinto a annoncé lundi renoncer à vendre ses activités diamants, évaluées à quelque 1,3 milliard de dollars (991 millions d'euros), le groupe minier étant ainsi contrarié dans sa cure d'amaigrissement initiée pour faire face à une conjoncture difficile dans les matières premières.

Le numéro trois mondial du secteur avait mis ces activités en vente en mars 2012, peu après que BHP Billiton avait fait de même. Ce dernier a trouvé preneur pour ses diamants en novembre dernier, les cédant à Harry Winston, qui s'appelle depuis Dominion Diamond.

Rio Tinto veut céder une demi-douzaine d'actifs au moins, afin de faire baisser un endettement net de 19 milliards de dollars, mais les acheteurs potentiels sont peu disposés à mobiliser leur trésorerie dans un contexte de volatilité des cours des matières premières.

"Dans le monde des produits de base, la situation n'est pas facile en ce moment", a estimé Paul Xiradis, directeur général d'Ausbil Dexia, société de gestion qui détient des titres Rio Tinto.

"Les intervenants de marché auraient préféré voir Rio céder les diamants (...) mais si on ne parvient pas à obtenir le prix souhaité, il ne sert à rien de se couper un bras juste pour atteindre un objectif."

Vers 08h15 GMT, le titre Rio Tinto perdait 1,42% à la Bourse de Londres à 26,36 livres, alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières premières cédait 1,19%.

A la Bourse de Sydney, l'action a terminé à 51,50 dollars australiens, un plus bas de clôture de près de neuf mois, les valeurs minières ayant souffert d'interrogations sur la vigueur de la croissance chinoise.

PEU DE GROUPES PARVIENNENT À VENDRE   Suite...

 
Rio Tinto renonce à vendre ses activités diamants, évaluées à quelque 1,3 milliard de dollars (991 millions d'euros). Le groupe minier veut faire baisser un endettement net de 19 milliards de dollars, mais les acheteurs potentiels sont peu disposés à mobiliser leur trésorerie dans un contexte de volatilité des cours des matières premières. /Photo d'archives/REUTERS