Pour Vinci, la Coupe du monde 2022 au Qatar se joue maintenant

dimanche 23 juin 2013 13h02
 

par Julien Ponthus

DOHA (Reuters) - Les appels d'offres des stades et des infrastructures nécessaires à l'organisation de la Coupe du monde de football en 2022 au Qatar constituent un enjeu majeur pour Vinci, a déclaré son vice-président, Yves-Thibault de Silguy, qui accompagne François Hollande dans sa visite dans l'émirat du Golfe.

De nombreux patrons français ont pris l'avion avec le chef de l'Etat pour cette visite officielle, espérant obtenir une part des projets pharaoniques qui entourent cette compétition sportive.

"Pour moi, ce qui est majeur c'est la manière dont on va jouer la Coupe du monde de football", a déclaré samedi soir Yves-Thibault de Silguy, dont l'entreprise a déjà construit le Stade de France pour la Coupe du monde 1998 en France.

"La Coupe du monde 2022 va commander toute une série d'aménagements de développements d'infrastructures routières, ferroviaires, portuaires", énumère le dirigeant qui note que ces projets peuvent constituer une rampe d'accès au marché qatari pour de nombreuses PME françaises.

"On a un avantage, c'est qu'on en a fait une Coupe du monde et on a l'Euro en 2016", poursuit-il.

Il prévient néanmoins que la concurrence sur le marché qatari, un pays dont les gigantesques réserves de gaz naturel exacerbent les convoitises, sera "du feu de dieu" et qu'elle aura pour effet de faire baisser les marges sur les grands projets.

L'attribution au Qatar du Mondial 2022 par la Fifa a été sujette à controverse du fait de la taille du pays - environ deux millions d'habitants seulement - et des conditions climatiques extrêmes qui nécessiteront des aménagements techniques importants dans les stades.

"Il faut faire des stades novateurs en terme thermique", explique Yves-Thibault de Silguy. Certains stades devront en outre être démontables.   Suite...

 
Yves-Thibault de Silguy, un des nombreux patrons français qui ont accompagné François Hollande à Doha. Le vice-président de Vinci voit dans les appels d'offres des stades et des infrastructures nécessaires à l'organisation de la Coupe du monde de football en 2022 au Qatar un enjeu majeur pour le groupe. /Photo prise le 23 juin 2013REUTERS/Mohammed Dabbous