L'UE menace Paris et Londres sur les tarifs d'Eurotunnel

jeudi 20 juin 2013 17h16
 

par Ethan Bilby

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a donné jeudi à la France et à la Grande-Bretagne deux mois pour réduire les tarifs appliqués aux passagers et aux transporteurs de fret pour emprunter le tunnel sous la Manche, un dossier qui pourrait déboucher sur une action en justice contre Paris et Londres.

L'exécutif européen estime que la tarification "excessive" de l'accès aux infrastructures ferroviaires se traduit par une augmentation des prix pour les passagers comme pour les sociétés de fret entre Londres d'une part, Paris et Bruxelles de l'autre.

"(...) les tarifs imposés aux opérateurs de fret et à leurs clients sont excessifs, et les passagers doivent payer le prix fort pour leurs billets", a souligné Siim Kallas, vice-président de la Commission, cité dans un communiqué. "Le régime actuel freine également la croissance dans le secteur ferroviaire."

La CE affirme qu'à cause des tarifs excessifs, 43% des capacités du tunnel sont inutilisées.

Eurotunnel facture des frais de réservation de 4.320 euros aux trains Eurostar et de 16,60 euros aux passagers par déplacement, or les autorités européennes estiment qu'ils devraient être réduits de moitié environ.

Cette facturation excessive permet aux opérateurs du tunnel sous la Manche de "subventionner" leur service de navette pour les voitures, qui n'est pas assujetti à de tels frais, ont expliqué des responsables européens.

Eurotunnel, ont-ils ajouté, justifie le surcoût par la nécessité de couvrir les charges de construction mais la CE n'a rien trouvé à l'appui de ce motif et observe que ses coûts de financement ont sensiblement baissé après une dépréciation en 2007.

À la Bourse de Paris, l'action Eurotunnel perdait 10,7% en fin de séance, l'une des plus fortes baisses de l'indice SBF 120, qui cédait alors 3,5%.   Suite...

 
La Commission européenne a donné jeudi à la France et à la Grande-Bretagne deux mois pour réduire les tarifs appliqués aux passagers et aux transporteurs de fret pour emprunter le tunnel sous la Manche, jugés excessifs, un dossier qui pourrait déboucher sur une action en justice contre Paris et Londres. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol