Compagnies aériennes, êtes-vous "green taxiing"?

mercredi 19 juin 2013 15h29
 

par Matthias Blamont

LE BOURGET (Reuters) - Le secteur aéronautique a beau ignorer la crise, les compagnies aériennes, elles, continuent d'affronter la récession en Europe et à chercher de nouvelles sources d'économies: la technologie du "green taxiing" devrait les y aider à partir de 2014-2016.

Un avion au "roulage" consomme une part non négligeable de son kérosène, surtout dans les grands aéroports où les pistes sont loin des terminaux et lorsqu'il effectue des vols court ou moyen-courriers avec plusieurs rotations au cours d'une même journée.

Sans parler des retards qui obligent régulièrement les pilotes à attendre moteurs allumés leurs autorisations de décollage les jours de fort trafic.

Les récentes améliorations constatées dans le domaine du moteur électrique permettent désormais aux avions monocouloirs, très concernés par les rotations fréquentes, de se mouvoir réacteurs éteints et de manière autonome grâce à un petit moteur placé a proximité des trains d'atterrissage, sans avoir recours à un tracteur de piste.

L'équipementier français Safran veut croire que cette solution "verte" pourrait rapporter des milliards de dollars de chiffre d'affaires au cours de la prochaine décennie. A condition que les compagnies, désireuses de faire diminuer leur facture carburant, soient séduites.

A cette fin, le groupe a créé en 2011 une coentreprise avec l'américain Honeywell et a dépêché un A320 au 50e salon du Bourget (Seine-Saint-Denis) pour montrer son savoir-faire.

"C'est un concept banal mais qui était impossible à déployer jusqu'ici", a déclaré à Reuters Didier-François Godart, directeur de l'innovation de Safran.

Selon lui, cette technologie permettra aux compagnies d'économiser en moyenne 4% de kérosène par vol ou entre 150.000 et 300.000 dollars par an et par avion.   Suite...

 
Vue du 50e salon du Bourget. Le "green taxiing", un ensemble de technologies qui consistent à diminuer la consommation de kérosène, à réduire les émissions de CO2 et à fluidifier les mouvements au sol, permettra, aux compagnies aériennes d'économiser en moyenne 4% de kérosène par vol ou entre 150.000 et 300.000 dollars par an et par avion, à partir de 2014-2016, selon Safran. /Photo prise le 18 juin 2013/REUTERS/Pascal Rossignol