La Société générale veut doubler sa rentabilité en Russie

mercredi 19 juin 2013 15h10
 

par Lionel Laurent

MOSCOU (Reuters) - La Société générale ambitionne de doubler son retour sur capitaux propres en Russie où elle est présente avec sa filiale Rosbank, pour le porter au-delà de 15% d'ici à 2015.

C'est un défi de taille pour le groupe bancaire français sur un marché russe fragmenté et dominé par les banques publiques et sur lequel il n'est pas parvenu depuis des années à dégager des bénéfices solides.

Pour y parvenir, la SocGen devra aussi tourner la page de l'arrestation spectaculaire et de l'incarcération le mois dernier de Vladimir Goloubkov, le directeur général de Rosbank, dans le cadre d'une affaire de corruption présumée.

La Société générale a révoqué Vladimir Goloubkov et lancé un audit de Rosbank, confié à la société Deloitte, tout en réaffirmant son engagement sur le marché russe.

"2013 sera une année qui confirmera tous les bénéfices des actions que nous avons prises", a déclaré mercredi Frédéric Oudéa, le PDG de la SocGen, lors d'une conférence de presse à Moscou. "Du côté des coûts, nous pouvons faire un peu mieux."

Frédéric Oudéa n'a pas souhaité faire de commentaires sur Vladimir Goloubkov. Malgré des retraits de la part de clients de la banque privée, cette affaire n'a pas entraîné de retraits massifs aux guichets de Rosbank.

"Les problèmes de corruption commerciale ne sont pas propres à la Russie", a souligné le PDG de la SocGen.

D'AUTRES RÉDUCTIONS D'EFFECTIFS AU SIÈGE   Suite...

 
Agence Rosbank à Moscou. Présente en Russie avec cette filiale, la Société générale ambitionne de doubler son retour sur capitaux propres dans ce pays pour le porter au-delà de 15% d'ici à 2015. /Photo prise le 15 mai 2013/REUTERS/Maxim Shemetov