Le conseil d'Orange confirme Stéphane Richard comme PDG

lundi 17 juin 2013 18h34
 

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Stéphane Richard, soutenu par le président François Hollande lui-même, a été confirmé lundi à son poste de PDG d'Orange après sa mise en examen dans l'affaire Tapie.

A l'issue d'un conseil d'administration extraordinaire, les administrateurs du premier opérateur télécoms français ont expliqué lundi que cette mise en examen n'était pas de nature à empêcher Stéphane Richard d'exercer ses responsabilités à la tête du groupe, dont l'Etat détient 27% du capital.

"Le conseil d'administration (...) a décidé de renouveler sa pleine confiance à Stéphane Richard pour continuer à relever, avec la même énergie, les nombreux défis d'Orange", soulignent-ils dans un communiqué.

"Le conseil a en particulier estimé que les mesures judiciaires affectant Stéphane Richard ne remettent pas en cause la capacité du président-directeur général à assumer pleinement et efficacement la direction d'Orange."

Bernard Dufau, administrateur indépendant d'Orange, s'est vu confier par le conseil une mission pour suivre l'évolution de la situation.

Alors que le maintien de Stéphane Richard à la tête d'Orange semblait en fin de semaine dernière de plus en plus incertain, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde au ministère de l'Economie a reçu dimanche le soutien de l'Elysée.

"Tant que Stéphane Richard peut être dirigeant de cette entreprise sans qu'il y ait de conséquences de la procédure judiciaire, il restera", avait déclaré le chef de l'Etat dimanche soir à la télévision.

Mis en examen le 12 juin pour "escroquerie en bande organisé", Stéphane Richard a été placé sous contrôle judiciaire avec pour seule obligation de ne pas rencontrer les autres personnes concernées dans l'affaire Tapie, a expliqué à Reuters une source judiciaire.   Suite...

 
Le conseil d'administration d'Orange a décidé lundi de maintenir à son poste de PDG Stéphane Richard, mis en examen dans le cadre de l'affaire Tapie. /Photo prise le 22 février 2012/REUTERS/Jacky Naegelen