16 juin 2013 / 15:13 / il y a 4 ans

Wall Street espère que la Fed fera refluer la volatilité

Vivement secouée ces derniers jours, la Bourse de New York peut espérer que la Fed lui mettra du baume au coeur mercredi. Le comité de politique monétaire (FOMC) de la banque centrale américaine n'ira sans doute pas jusqu'à annoncer à quelle date la Fed commencera à réduire ses achats de titres sur les marchés, mais il pourrait s'employer à tempérer la volatilité actuelle par le simple fait d'évoquer la question. /Photo d'archives/Lucas Jackson

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Vivement secouée ces derniers jours, la Bourse de New York peut espérer que la Fed lui mettra du baume au coeur mercredi.

Le comité de politique monétaire (FOMC) de la banque centrale américaine n'ira sans doute pas jusqu'à annoncer à quelle date la Fed commencera à réduire ses achats de titres sur les marchés, mais il pourrait s'employer à tempérer la volatilité actuelle par le simple fait d'évoquer la question.

La hausse de Wall Street s'est interrompue et les rendements des obligations d'Etat américaines ont atteint leurs plus hauts niveaux en 14 mois depuis les déclarations, le 22 mai, du président de la Fed, Ben Bernanke, sur le fait que la banque centrale pourrait décider au cours d'une de ses "prochaines" réunions de commencer à réduire ses achats si la situation économique s'améliore.

La difficulté à interpréter ces propos et les indicateurs conjoncturels parfois mitigés publiés depuis lors ont eu pour effet une nette augmentation de la volatilité: sur 17 séances depuis l'intervention de Ben Bernanke, la fourchette de variation moyenne de l'indice Dow Jones a atteint 191,5 points.

"Ce qu'a fait (Ben Bernanke), c'est créer ce que j'appellerais une tempête d'été en avance; pas une énorme tempête mais suffisante pour que les gens deviennent un peu nerveux", explique Fred Dickson, responsable de la stratégie de marché de D.A. Davidson & Co.

Wall Street a baissé au cours de trois des quatre dernières semaines. Les cinq dernières séances se soldent par un repli de 1,17% du Dow, de 1,01% du Standard & Poor's 500 et de 1,32% du Nasdaq.

La semaine à venir pourrait apporter un peu de clarté, estime Fred Dickson, même s'il est certain que la Fed ne fournira pas aux investisseurs toutes les précisions qu'ils espèrent.

ESTIMATIONS DE BÉNÉFICE EN BAISSE

Les marchés ont intégré dans les cours un changement radical et semblent convaincus que les taux d'intérêt vont bientôt remonter, dit Stephen Massocca, directeur exécutif de Wedbush Equity Management. "Je crois que la Fed ne souhaite pas que les marchés restent sur cette impression", ajoute-t-il.

La banque centrale pourrait donc souligner que l'évolution de sa politique monétaire sera graduelle, poursuit-il.

Pendant que les spéculations sur la Fed accaparaient l'attention des investisseurs ces dernières semaines, les estimations de bénéfices des sociétés cotées ont été revues à la baisse: leur croissance ne devrait être que de 3,2% au deuxième trimestre, alors qu'elle était attendue à 6,1% début avril, selon les données Thomson Reuters.

Certains investisseurs craignent ainsi que les seules craintes touchant à la Fed ne suffisent pas à elles-seules à expliquer la baisse récente de Wall Street.

Le S&P 500, principale référence des gérants, a perdu 2,1% depuis le 21 mai ramenant à 15% sa progression depuis le début de l'année.

Le 7 juin, le Dow Jones a gagné plus de 200 points et signé sa meilleure performance depuis le 2 janvier après l'annonce des chiffres mensuels de l'emploi, considérés comme un signal positif pour l'économie mais pas assez pour que la Fed renonce à sa politique de soutien à l'activité.

"Comme on observe des signes mitigés en termes de croissance économique partout dans le monde, une réduction progressive (des achats de la Fed) peut avoir des effets importants", estime Bucky Hellwig, vice-président senior de BB&T Wealth Management.

"Si la réduction intervenait trop tôt, je crois qu'elle accroîtrait les risques pour les actifs financiers, à la fois les actions et les obligations."

Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below