La Fed cherche le bon moment pour sevrer les marchés

dimanche 16 juin 2013 15h38
 

par Ann Saphir et Jonathan Spicer et Alister Bull

WASHINGTON (Reuters) - Quel est le bon moment pour commencer à priver un drogué de sa méthadone ? C'est, imagée, la question à laquelle vont devoir répondre les 19 membres du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine mardi et mercredi.

Il semble qu'ils soient d'accord sur un point: il faudra bientôt réduire les achats d'actifs que la Fed maintient au rythme de 85 milliards de dollars (64 milliards d'euros) par mois dans le cadre de sa politique d'"assouplissement quantitatif" (QE). Reste à trouver le bon moment, une question sur laquelle ils ont pour l'instant des opinions divergentes.

Ces dernières semaines, même les plus ardents défenseurs du QE, à commencer par le président de la Fed, Ben Bernanke, ont laissé entendre qu'il ne faudrait plus attendre trop longtemps avant de réduire les achats.

Pour leur part, les opposants au programme jugent qu'il est grand temps de passer des paroles aux actes, afin de ne pas compromettre l'efficacité de la politique monétaire.

"Alors que les indicateurs s'amélioraient, nous n'avons pas pris de mesures pour réduire (les achats). Je crains donc que les marchés croient que nous n'en avons ni la capacité, ni la volonté", a déclaré le président de la Fed de Philadelphie, Charles Plosser, dans un récent entretien à Reuters.

En déclarant le 22 mai que la Fed pourrait réduire le rythme de l'assouplissement quantitatif au cours de l'une des "prochaines réunions", Ben Bernanke a déclenché un mouvement de baisse marquée des Bourses et des emprunts d'Etat qui touche la plupart des marchés mondiaux.

Ben Bernanke et ses collègues doivent donc trouver un juste équilibre, car agir trop tôt risquerait de déstabiliser les marchés, de faire remonter rapidement les taux d'intérêt et d'étouffer le crédit alors que la reprise économique semble encore fragile.

QUAND, COMBIEN ET COMMENT ?   Suite...

 
Ben Bernanke, président de la Fed. Si les 19 membres du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine semblent s'accorder à penser qu'il faudra bientôt réduire les achats d'actifs que la Fed maintient au rythme de 85 milliards de dollars (64 milliards d'euros) par mois dans le cadre de sa politique d'"assouplissement quantitatif" (QE), il reste à trouver le bon moment. /Photo prise le 22 mai 2013/REUTERS/Gary Cameron