La France préserve son "exception culturelle"

samedi 15 juin 2013 13h57
 

PARIS (Reuters) - La France s'est félicitée samedi de l'accord conclu avec les autres membres de l'Union européenne qui préserve son "exception culturelle" en excluant, comme le souhaitait Paris, le secteur audiovisuel du mandat des négociations commerciales de libre-échange avec les Etats-Unis.

Jean-Marc Ayrault avait brandi mercredi la menace d'user du droit de veto français si la culture (le cinéma, la télévision, les contenus numériques et internet) était incluse dans le mandat de la Commission européenne dans ces discussions qui doivent s'ouvrir en juillet.

La France estime que l'exception culturelle est un moyen de protéger l'industrie européenne du divertissement et de l'internet face à Hollywood et à la Silicon Valley.

"Ce n'était pas facile, il a fallu être tenace et faire comprendre à mes collègues qu'au travers de cette bataille nous protégions la culture européenne et nous lui permettions de se projeter vers l'avenir", s'est réjouie la ministre du Commerce Nicole Bricq sur BFM TV.

Le compromis final conclu vendredi prévoit toutefois que le secteur de l'audiovisuel puisse être ajouté par la suite dans le mandat de négociations, un scénario écarté par Nicole Bricq.

"Ce n'est pas un risque particulier. La Commission européenne doit revenir devant les Etats membres surtout s'il y a une modification de son mandat", a-t-elle dit. Or, "nous avons obtenu que la même règle s'applique, c'est-à-dire l'unanimité, la France pourra s'il en était question dire non à l'exception culturelle dans le mandat, donc nous avons obtenu si je puis m'exprimer ainsi bretelles et ceinture".

Pour la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, qui avait promis que la France "défendrait jusqu'au bout l'exception culturelle", l'accord est "un succès pour la diversité culturelle, partout en Europe."

Un enthousiasme qu'est loin de partager le Front national, qui dénonce une "débâcle" et une opération de communication.

"Eviter provisoirement un coup dur pour en préparer d'autres, notamment dans l'industrie et l'agriculture, relève de la plus absurde politique", écrit Florian Philippot, vice-président du FN. "Il n'y aura donc de victoire pour la France que lorsque les négociations sur le marché transatlantique UE-Etats-Unis auront été abandonnées."   Suite...

 
La France s'est félicitée samedi de l'accord conclu avec les autres membres de l'Union européenne qui préserve son "exception culturelle" en excluant, comme le souhaitait Paris, le secteur audiovisuel du mandat des négociations commerciales de libre-échange avec les Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard