En Chine, le vin est une cible prisée des faussaires

dimanche 9 juin 2013 12h21
 

par Terril Yue Jones

PEKIN (Reuters) - Bruno Paumard, maître de chai d'un vignoble chinois, éclate de rire en décrivant une bouteille qu'un ami lui a offerte il y a deux ans: un vin blanc censé venir du domaine de la Romanée-Conti orné d'une étiquette portant le logo du Château Lafite-Rothschild et indiquant comme origine la ville de Montpellier.

"C'est l'illustration la plus splendide d'un détournement d'une marque de vin qu'il m'ait été donné de voir", dit cet oenologue français qui travaille au domaine Château Hansen, en Mongolie-Intérieure.

Le domaine de la Romanée-Conti, en Bourgogne, ne produit qu'une faible quantité de vin blanc commercialisé sous le nom de Montrachet. Il n'a aucun lien avec le Lafite, qui vient de Pauillac, dans le bordelais. Quant à la mention de Montpellier sur l'étiquette, elle ne fait que parachever l'incroyable contrefaçon.

"On ne peut pas faire mieux que cela", s'esclaffe Bruno Paumard.

Charles Gaudfroy, gérant d'un restaurant français à Pékin, conserve en "collector" une bouteille d'un genre similaire. Un vin blanc sec "Romanee-Conti" (sic) en "appellation Côteaux du Languedoc contrôlée" et "mis en Montpellier" (re-sic) par un certain "Lafei Group" dont le logo reproduit le visuel des Domaines Barons de Rothschild, maison-mère du Château Lafite, avec ses quatre flèches entrecroisées, mais précise: "Vin rouge sec - Côteaux du Languedoc".

UN MARCHÉ EN PLEIN ESSOR

En Chine, cinquième marché mondial pour la consommation de vins, les restaurants, les supermarchés et les cavistes doivent se battre en permanence contre le faux et la copie, dont la proportion pourrait croître avec l'enquête ouverte par Pékin sur les importations de vins européens en riposte aux droits de douanes antidumping mis en place par Bruxelles contre les panneaux solaires made in China.

En 2012, les exportations européennes de vin vers la Chine - hors Hong Kong - ont atteint 257 millions de litres, pour une valeur de 978 millions de dollars (740 millions d'euros). Douze fois plus qu'en 2006, quand les exportations européennes de vin représentaient un montant de 83 millions de dollars.   Suite...

 
Un vin contrefait Romanee-Conti avec la mention "Mis en Montpellier" et un modèle authentique avec l'inscription "Mis en bouteille", présentés par Charles Gaudfroy, gérant d'un restaurant français à Pékin. En Chine, cinquième marché mondial pour la consommation de vins, les restaurants, les supermarchés et les cavistes doivent se battre en permanence contre le faux et la copie. /Photo prise le 6 juin 2013/REUTERS/Kim Kyung-Hoon