Wall Street se reprend avant le rapport sur l'emploi

jeudi 6 juin 2013 22h28
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en hausse jeudi après deux séances de baisse, effectuant un rebond tardif avec les compartiments défensifs dans un marché volatil à la veille de la publication du rapport sur l'emploi de mai que beaucoup jugent déterminant pour l'orientation de la politique monétaire américaine.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 80,03 points ou 0,53% à 15.040,62, terminant à son meilleur niveau du jour. Le Standard & Poor's-500 a pris 13,66 points, soit 0,85%, à 1.622,56 et le Nasdaq Composite s'est octroyé 22,58 points (0,66%) à 3.424,05.

Preuve de la nervosité du marché, le Dow Jones perdait plus de cent points en matinée et le S&P-500 a brièvement enfoncé sa moyenne mobile des 50 derniers jours (1.604 points) pour la première fois depuis le 18 avril avant de rebondir vivement pour finir lui aussi à son plus haut de la séance.

"Le niveau autour de 1.600 est un important point technique, il était assez normal de rebondir sur ce niveau", commente Michael Sheldon, stratège chez RDM Financial à Westport (Connecticut).

"On est en train de passer d'un marché poussé par les liquidités à un marché sensible aux fondamentaux économiques", ajoute-t-il en référence à la statistique de l'emploi qui sera publiée avant l'ouverture vendredi.

Les économistes attendent en moyenne 170.000 créations de postes en mai, après 165.000 en avril, et un taux de chômage inchangé à 7,5%. La statistique renseignera sur l'état de santé de l'économie américaine et sur les intentions de la Réserve fédérale, qui a promis de maintenir sa politique d'assouplissement quantitatif jusqu'au redressement du marché du travail.

"Un mauvais chiffre pourrait soulager le marché puisqu'il repoussera la perspective d'un changement de cap", observe Leo Grohowski, directeur des investissements chez BNY Mellon Wealth Management à New York. "À l'inverse, un chiffre meilleur que prévu serait perçu comme annonciateur d'une prochaine modération des rachats d'actifs, ce qui risque d'être mal reçu."

Le S&P-500 a pris près de 14% depuis le début de l'année, atteignant de nouveaux records dans l'anticipation d'un maintien de la politique ultra-accommodante de la Fed, qui rachète chaque mois pour 85 milliards de dollars d'obligations du Trésor et de titres hypothécaires afin de maintenir des taux longs bas.

CIENA SUR UN NUAGE   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS