Les Bourses européennes finissent en net recul

jeudi 6 juin 2013 18h07
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net repli jeudi après le statu quo monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) qui a en outre exclu pour l'instant d'adopter un taux de dépôt négatif. Le président Mario Draghi a toutefois déclaré que la politique de la BCE resterait accommodante aussi longtemps que nécessaire.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,99% (32,81 points) à 3.814,28 points. Le Footsie britannique a reculé de 1,30% et le Dax allemand de 1,19%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a cédé 1,07%. La Bourse italienne sous-performe avec un recul de 2,63%.

Par ailleurs, les services de la banque centrale (Eurosystème) ont revu à la baisse leurs prévisions économiques pour la zone euro cette année et tablent désormais sur une contraction de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) des Dix-Sept, avant une croissance de 1,1% l'an prochain.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont enregistré une baisse lors de la semaine au 1er juin, à 346.000, contre 357.000 la semaine précédente, selon les chiffres du département du Travail.

Cette amélioration du marché de l'emploi est susceptible d'accroître les craintes de voir la Réserve fédérale américaine mettre un coup de frein plus tôt que prévu à son programme de rachat d'actifs.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était orientée en légère hausse. Le Dow Jones gagnait 0,07% et le Nasdaq 0,18%.

L'indice européen des valeur bancaires (-2,18%) a enregistré le plus fort repli sectoriel, un contrecoup là encore de la conférence de la BCE. Unicredit (-4,65%) et Barclays (-4,11%) figurent parmi les plus fort recul de l'EuroFirst300.

Contre la tendance, Danone a terminé en hausse de 2,06%, la plus forte progression de l'indice parisien après une recommandation favorable d'Exane.

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d'Etat des pays "périphériques" de la zone euro (Espagne, Portugal et Italie) remontaient, les marchés ayant mal reçu l'avertissement lancé par le président de la BCE contre le risque d'être "trop optimistes".   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES