L'Etat rejette l'idée d'une forte hausse des tarifs d'EDF

mercredi 5 juin 2013 12h49
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Les tarifs de l'électricité en France pour les ménages devraient augmenter de 6,8% à 9,6% cet été pour couvrir les coûts d'EDF en 2013, a estimé mercredi la Commission de régulation de l'énergie (CRE), une hypothèse immédiatement rejetée par le gouvernement.

"Il n'est pas question d'accepter une telle hausse de l'électricité cumulée au regard du pouvoir d'achat des Français", a déclaré la ministre de l'Energie Delphine Batho à l'issue du conseil des ministres.

"Le gouvernement se prononcera en tenant compte des coûts de production mais aussi du pouvoir d'achat, et se prononcera au mois de juillet prochain", a-t-elle ajouté.

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a précisé que le gouvernement n'envisageait "absolument pas" de procéder "immédiatement" au rattrapage du retard accumulé depuis plusieurs années par les tarifs de l'électricité.

Dans un rapport sur les coûts de production et de commercialisation d'EDF, la CRE constate également un écart de 1,47 milliard d'euros entre les coûts supportés par l'électricien public et les tarifs fixés par le gouvernement en 2012.

Ce retard pourrait entraîner un rattrapage sur la facture des ménages estimé par la CRE à 50 euros par foyer si le Conseil d'Etat, saisi par l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), donnait raison aux concurrents d'EDF et imposait au gouvernement une hausse rétroactive comme il l'a déjà fait pour le gaz.

"La question n'est plus de savoir s'il faut augmenter les tarifs mais de savoir comment on peut aider les consommateurs à réduire leur facture", a déclaré à Reuters Fabien Choné, président de l'Anode et responsable de la stratégie chez Poweo Direct Energie.

L'ACTION EDF MONTE   Suite...

 
Les tarifs de l'électricité en France pour les ménages devraient augmenter de 6,8% à 9,6% cet été pour couvrir les coûts d'EDF en 2013, a estimé mercredi la Commission de régulation de l'énergie, une hypothèse immédiatement rejetée par le gouvernement. /Photo d'archives/REUTERS/Siphiwe Sibeko