Le Brésil préférerait le F-18 de Boeing au Rafale de Dassault

mercredi 5 juin 2013 07h22
 

par Brian Winter

SAO PAULO (Reuters) - Le Brésil n'a jamais été aussi proche de choisir d'équiper son armée de l'air avec le F-18 de Boeing au détriment notamment du Rafale de Dassault, a-t-on appris mardi auprès de responsables brésiliens.

La probabilité que Brasilia choisisse l'appareil américain plutôt que son rival français ou celui du suédois Saab s'est accentuée lors d'une visite du vice-président américain Joe Biden qui s'est employé à répondre aux inquiétudes soulevées par la présidente Dilma Rousseff, ont dit trois sources qui s'exprimaient sous le sceau de l'anonymat.

L'une des principales questions résidait dans les chances de voir le Congrès américain accepter des transferts de technologies jugées sensibles vers le plus peuplé des pays d'Amérique latine. Joe Biden a assuré que ce serait le cas.

L'accord portera sur la livraison de 36 avions de chasse pour un montant de quatre milliards de dollars. Des commandes supplémentaires devraient s'ajouter, gonflant encore la facture.

Les responsables ont toutefois précisé que la présidente brésilienne n'avait pas encore pris de décision définitive. Le calendrier exact de l'annonce n'est pas connu.

Les propos qu'elle a tenus lors d'une rencontre organisée avec Joe Biden laissent toutefois entendre qu'elle a une nette préférence pour Boeing. Sa décision pourrait être officialisée lors d'une visite aux Etats-Unis programmée pour le mois d'octobre.

"Si c'est Boeing, Biden pourra s'en attribuer le crédit", a dit l'une des sources.

La principale crainte de Dilma Rousseff était que le Congrès américain bloque l'accord pour des raisons de sécurité nationale. Si les relations entre Brasilia et Washington sont cordiales, l'attitude du Brésil vis-à-vis de l'Iran, du Venezuela ou d'autres pays a parfois le don d'exaspérer certains parlementaires américains.   Suite...

 
Selon des responsables brésiliens, Brasilia n'a jamais été aussi proche de choisir d'équiper son armée de l'air avec le F-18 de Boeing au détriment notamment du Rafale de Dassault. /Photo prise le 6 février 2013/REUTERS