Vers un duel serré pour la présidence du Medef

lundi 3 juin 2013 18h19
 

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le conseil exécutif du Medef a déjoué lundi les pronostics en plaçant Geoffroy Roux de Bézieux en pole position dans la course à la présidence de la première organisation patronale française, mais son rival Pierre Gattaz n'a pas dit son dernier mot.

Dix-neuf des 45 membres de cette instance dirigeante ont apporté leur appui au patron d'Omea Telecom et 18 au président de Radiall, qui faisait jusqu'ici figure de grand favori.

Le président de la Fédération nationale des travaux publics et négociateur du Medef Patrick Bernasconi n'a pour sa part rallié le soutien que de six membres. Le président de Créateurs de richesses et emplois en France, Hervé Lambel, n'en a aucun. Il y a eu un vote blanc et un nul.

Passé par les commandos de marines entre 1984 et 1986 après son diplôme de la prestigieuse école de commerce Essec, Geoffroy Roux de Bézieux vient de fêter son 51e anniversaire.

Il a refusé de faire le moindre commentaire à l'issue du vote du conseil exécutif, qui renforce ses chances de succéder le 3 juillet à Laurence Parisot lors de l'élection du nouveau président de l'organisation en assemblée générale.

Issu de la toute puissante Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), qui en avait fait son favori, Pierre Gattaz, 54 ans, a pour sa part refusé de s'avouer battu.

"C'est un vote consultatif. Le vrai vote aura lieu dans un mois", a dit à des journalistes ce fils d'un ancien président du patronat français, Yvon Gattaz. "Je voudrais continuer de promouvoir un Medef de rassemblement et d'unité défendant l'économie et l'entreprise. La campagne continue."

Il semblait jusqu'ici faire la course en tête après de nombreux ralliements sur son nom, dont ceux d'autres candidats - Claude Volot, Frédéric Saint-Geours, Thibault Lanxade - et de grandes fédérations comme celles des banques et des assurances.   Suite...

 
Le Conseil exécutif du Medef a fait lundi de Geoffroy Roux de Bézieux son candidat favori pour la présidence de la principale organisation patronale française, ce qui le désigne, sauf coup de théâtre, comme le successeur potentiel de Laurence Parisot. L'assemblée générale du Medef se prononcera officiellement le 3 juillet. /Photo prise le 24 avril 2013/ REUTERS/Philippe Wojazer