L'Etat se prépare à s'alléger au capital d'ADP

jeudi 30 mai 2013 17h58
 

par Matthias Blamont, Matthieu Protard et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - L'Etat français se prépare à céder une fraction de sa participation au capital d'Aéroports de Paris, poursuivant son objectif de se donner des marges de manoeuvre financières pour investir dans les entreprises.

L'Etat, qui contrôle 60% d'ADP, envisage ainsi de vendre jusqu'à 10% du capital de l'exploitant des aéroports de Roissy et d'Orly. Au cours actuel de l'action, l'opération pourrait lui rapporter près de 700 millions d'euros.

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a annoncé jeudi dans un communiqué avoir demandé à l'Agence des participations de l'Etat (APE) de préparer cette cession auprès de plusieurs investisseurs de long terme "dans le cadre d'une procédure hors marché (...) et de proposer au Fonds stratégique d'investissement (FSI) de s'y associer".

Actuellement, l'APE et le FSI détiennent respectivement 54,5% et 5,6% du capital d'ADP.

Pierre Moscovici a précisé que l'Etat resterait majoritaire au capital d'ADP. En restant au dessus du seuil de 50%, le gouvernement n'a pas du coup besoin de passer par le Parlement.

"Il est important de pouvoir faire tourner les participations pour dégager de nouvelles marges de manoeuvre qui permettront à BPI France Investissement de pouvoir investir plus demain dans des entreprises de croissance", a dit à Reuters une source proche du FSI.

Une source proche du dossier a de son côté déclaré que l'Etat, qui s'est fixé pour objectif de boucler ce désengagement dans les prochaines "semaines", privilégierait les propositions de fonds souverains, de fonds de pension et d'investisseurs institutionnels français.

Le groupe de BTP et de concessions Vinci, qui détient 3,3% d'ADP et cherche à se renforcer dans le secteur aéroportuaire, a refusé de faire un commentaire.   Suite...

 
L'Etat, qui contrôle 54% d'Aéroports de Paris, se prépare à céder une fraction de sa participation, mais entend rester majoritaire au capital de l'opérateur. /Photo d'archives/ REUTERS/Véronique Paul/ADP