Un responsable du SPD s'en prend au projet de taxe financière

samedi 25 mai 2013 10h31
 

BERLIN (Reuters) - Un haut responsable social-démocrate allemand, Nils Schmid, s'en est pris vendredi au projet actuel de taxe européenne sur les transactions financières, jugeant qu'en l'état, il risquait de plomber les comptes des banques.

Pour Nils Schmid, ministre des Finances du Land de Bade-Wurtemberg, les banques pourraient ne pas être en mesure de faire face aux coûts supplémentaires générés par cette taxe, si les pays membres approuvent la version actuelle du projet, élaborée par la Commission européenne.

L'idée d'une telle taxe, dont l'enjeu serait de garantir que le secteur financier participe aux coûts de la crise bancaire, est un axe fort de la politique du SPD, qui espère battre la chancelière chrétienne-démocrate Angela Merkel aux élections législatives du 22 septembre. Le ministre des Finances de Merkel, le conservateur Wolfgang Schäuble, est lui aussi partisan d'une telle taxe, que 11 pays de la zone euro sont convenus en janvier de mettre en place, et qui pourrait voir le jour dès le début 2014.

"La version actuelle présentée par la Commission européenne ne vaut absolument rien", déclare Nils Schmid dans un communiqué transmis à la presse. Le responsable social-démocrate a adressé une lettre en ce sens au ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble, obtenue vendredi par Reuters.

Tout en réaffirmant dans sa lettre qu'il soutient le principe d'une telle taxe, il pointe le fait qu'un prélèvement de 0,1% sur la valeur des transactions financières risque de grever les propres coûts d'emprunt des banques.

"Le résultat serait que les banques ne pourraient plus se prêter les unes les autres", pronostique-t-il, ajoutant que cela pourrait aussi avoir des répercussions sur les entreprises et les petits épargnants.

La lettre de Schmid a provoqué la fureur de ses camarades du SPD, qui est à la traîne derrière la CDU d'Angela Merkel dans les intentions de vote. Joachim Poss, numéro deux du SPD au Bundestag, s'est dit "surpris" par la prise de position de Nils Schmid.

Ilona Wissenbach; Eric Faye pour le service français

 
Un haut responsable social-démocrate allemand, Nils Schmid, s'en est pris vendredi au projet actuel de taxe européenne sur les transactions financières, jugeant qu'en l'état, il risquait de plomber les comptes des banques. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle