La croissance allemande va reprendre, mais reste fragile

vendredi 24 mai 2013 16h09
 

par Sarah Marsh

BERLIN (Reuters) - L'économie allemande va probablement renouer avec la croissance, après avoir stagné au premier trimestre 2013 en raison d'un hiver rigoureux, mais elle restera loin des niveaux qu'elle atteignait avant la crise de la zone euro, à cause de la faiblesse persistante des investissements et des exportations.

Une nette amélioration du climat des affaires et du moral du consommateur laissent espérer une accélération prochaine de la croissance, qui a tout juste réussi à atteindre 0,1% au premier trimestre grâce à la reprise de la consommation des ménages.

Le gouvernement de la chancelière conservatrice Angela Merkel, candidate à un troisième mandat lors des élections prévues en septembre, ne s'attend néanmoins qu'à une croissance modeste de 0,5% en 2013.

"Personne ne prévoit une croissance solide cette année, en particulier après un premier trimestre aussi décevant", souligne Christoph Schmidt, président du Conseil des experts économiques, qui conseille le gouvernement.

"La contribution du commerce extérieur sera faible et elle pourrait même peser sur la croissance, il ne reste que la demande intérieure", explique-t-il. "La consommation des ménages est relativement stable mais les investissements sont limités. La vraie question, c'est la date et l'ampleur de leur reprise."

L'investissement des entreprises souffre du ralentissement des exportations: alors qu'elles ont longtemps été l'un des piliers sur lesquels s'appuyait la croissance allemande, elles ont baissé au premier trimestre, de 3,2% vers la zone euro et de 0,2% vers les pays extérieurs à l'Union européenne (UE). En raison notamment de la baisse du yen japonais.

"Le yen s'est déprécié de 24% depuis septembre et le niveau de l'euro n'a pas changé sur la même période, ce qui donne un gros avantage (aux exportations japonaises), d'autant que le Japon et l'Allemagne dominent largement les mêmes secteurs", souligne Christian Schulz, économiste chez Berenberg Bank.

RÉGULATION EXCESSIVE   Suite...

 
L’INDICE GFK EN ALLEMAGNE