Wall Street finit en petite baisse

jeudi 23 mai 2013 22h25
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en repli jeudi mais nettement au-dessus de ses plus bas du jour, aidée par de bons résultats de Hewlett-Packard et des indicateurs américains encourageants qui lui ont permis de surmonter les inquiétudes sur l'évolution de la politique monétaire de la Réserve fédérale et la croissance chinoise.

Au terme d'une séance volatile, l'indice Dow Jones des 30 industrielles a clôturé en baisse de 12,67 points, soit 0,08%, à 15.294,50 et le Standard & Poor's 500, l'indice de référence des gérants américains, a perdu 4,84 points ou 0,29% à 1.650,51.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a abandonné 3,88 points (0,11%) à 3.459,42.

En séance, le Dow a reculé jusqu'à 15.180 points et le S&P-500 a touché un plus bas de 1.635, sous sa moyenne mobile des 50 derniers jours.

La perspective d'un retrait progressif de la politique d'assouplissement quantitatif (QE) de la Fed et l'indice PMI d'HSBC témoignant d'une contraction de l'activité industrielle en Chine le mois dernier ont provoqué des corrections massives en Asie et en Europe, avec des reculs de 7,32% pour Tokyo et de plus de 2% pour les Bourses du Vieux-Continent.

À Wall Street, où les indices avaient déjà réagi mercredi à l'évolution du discours de la Fed, les investisseurs ont préféré porter leur attention sur les prévisions revues en hausse de Hewlett-Packard et deux indicateurs encourageants pour l'économie américaine : une baisse plus forte que prévu des inscriptions au chômage la semaine dernière et une hausse supérieure aux attentes des ventes de logements neufs en avril.

HP BONDIT DE 17%

Pour Alan Lancz, à la tête d'une société de gestion à Toledo (Ohio), la baisse du marché a, comme à plusieurs reprises les semaines précédentes, servi d'opportunité pour des achats à bon compte qui ont ensuite permis aux indices de réduire leurs pertes et même de passer par moments en territoire positif durant la séance.

"De toute façon, les investisseurs n'ont pas beaucoup d'alternatives dans cet environnement de taux bas", ajoute-t-il.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS