Décision de Telecom Italia sur la scission du fixe le 30 mai

jeudi 23 mai 2013 20h55
 

MILAN (Reuters) - Telecom Italia a annoncé jeudi avoir repoussé au 30 mai sa décision finale sur une scission éventuelle de son réseau de téléphonie fixe, une opération rendue compliquée par des considérations politiques et réglementaires.

Dans un communiqué publié en début de soirée à l'issue d'un conseil d'administration, l'opérateur historique italien explique qu'il continue d'étudier la faisabilité d'une scission et que ses administrateurs se réuniront de nouveau jeudi prochain "pour prendre une décision finale".

La scission du réseau fixe permettrait au groupe de réduire son endettement, actuellement de 28 milliards d'euros, et le président du Conseil, Franco Bernabe, espérait parvenir à une décision jeudi.

"Le conseil a simplement besoin de plus de temps pour examiner tous les angles", a dit une source à Reuters.

Telecom Italia étudie aussi un possible rapprochement avec 3 Italia, l'opérateur mobile italien contrôlé par le conglomérat de Hong Kong Hutchison Whampoa, qui en contrepartie prendrait bien une participation de contrôle dans le groupe.

Telecom Italia valorise son réseau de téléphonie fixe à 13-15 milliards d'euros et estime qu'il lui faudrait 18 mois pour mener à bien sa scission, selon une source au fait du dossier.

ACTIF STRATÉGIQUE

Cet actif rentable procure à l'opérateur des revenus réguliers puisque la concurrence doit payer pour l'utiliser. Mais son importance pour les communications en Italie en fait aussi un actif stratégique que beaucoup ne veulent pas voir tomber entre les mains d'un groupe asiatique.

"Le réseau est un actif qui est stratégique pour la sécurité, la croissance et la compétitivité du pays tout entier", a déclaré mercredi le ministre de l'Industrie Flavio Zanonato.   Suite...

 
Telecom Italia a repoussé au 30 mai sa décision finale sur une scission éventuelle de son réseau de téléphonie fixe, une opération rendue compliquée par des considérations politiques et réglementaires. /Photo prise le 12 novembre 2012/REUTERS/Alessandro Bianchi