23 mai 2013 / 07:03 / dans 4 ans

Le russe VTB va céder sa participation dans Rosbank

VTB, numéro deux du secteur bancaire russe, cherche à céder sa participation dans Rosbank, filiale à 82% de Société Générale, et pourrait conclure son désengagement d'ici la fin de l'année, selon le quotidien financier Kommersant, qui cite les propos d'un dirigeant. /Photo prise le 3 avril 2013/REUTERS/Sergei Karpukhin

MOSCOU (Reuters) - VTB, numéro deux du secteur bancaire russe, a annoncé jeudi la cession prochaine de sa participation de 10% dans Rosbank, filiale de Société Générale en Russie, et les analystes considèrent le groupe français comme l‘acheteur le plus probable.

“Nous négocions une sortie de Rosbank”, a déclaré VTB dans un communiqué. “Ce n‘est pas un investissement stratégique pour nous.”

Contrôlée par l‘Etat, VTB exprime son souhait de se séparer de sa part dans Rosbank après l‘inculpation la semaine dernière de Vladimir Goloubkov, le directeur général de la filiale à 82% de Société Générale.

Vladimir Goloubkov, dont Société générale a annoncé mercredi le licenciement, se dit innocent et certains de ses soutiens ont avancé l‘hypothèse d‘une manipulation après la diffusion par le ministère russe de l‘Intérieur d‘une vidéo montrant le directeur général assis devant un bureau encombré d‘une pile de billets.

VTB affirme de son côté que Rosbank reste une “institution financière solide” et que les problèmes liées à “des individus particuliers n‘affecteront pas la réputation et la stabilité de l‘ensemble de la banque”.

Le quotidien financier Kommersant, qui s‘est fait l‘écho de la décision de VTB avant le communiqué officiel, a rapporté que le groupe pourrait conclure son désengagement d‘ici la fin de l‘année.

Les analystes estiment en majorité que Société générale rachètera la part de VTB, alors qu‘une source proche du magnat des métaux Vladimir Potanine, qui détient 7% du capital de Rosbank, a rapporté qu‘il n‘était pas intéressé par une acquisition.

“SocGen est l‘acheteur le plus probable”, juge Andreï Klapko, analyste chez Gazprombank. “Je ne vois pas qui d‘autre serait intéressé par une part minoritaire.”

Andreï Klapko s‘attend par ailleurs à ce que VTB revende sa part sous sa valeur comptable de 270 millions d‘euros, pour un montant compris entre 215 et 240 millions.

Une source avait déjà rapporté fin 2010 que VTB souhait revendre sa part à Société générale. La banque russe mène actuellement des cessions d‘actifs non stratégiques, et compte notamment réduire sa part dans la filiale russe de la compagnie de téléphonie mobile Tele2.

Megan Davies; Nicolas Delame et Julien Dury pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below