21 mai 2013 / 16:38 / dans 4 ans

Les Bourses européennes finissent dans le désordre

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mardi, les investisseurs attendant d‘être rassurés sur le maintien du programme de rachats d‘actifs de la Réserve Fédérale des Etats-Unis, à la veille de l‘audition de son président, Ben Bernanke, par le Congrès américain.

Plusieurs responsables de la Fed évoquent depuis la semaine dernière un ralentissement de la politique accommodante de l‘institution, mais les Bourses européennes restent soutenues par l‘attitude jugée volontariste de la Banque centrale européenne (BCE) après la baisse de son taux de refinancement au début du mois.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,33% (+13,33 points) à 4.036,18 points. Le Footsie britannique a gagné 0,71% et le Dax allemand progresse de 0,19%, mais l‘Ibex espagnol s‘est replié de 0,6%, le FTSE MIB italien a reculé de 0,45% et l‘indice EuroStoxx 50 a perdu 0,1%.

Les banques ont particulièrement été affectées par les inquiétudes avant l‘intervention de Ben Bernanke, et un indice sectoriel a perdu 1,52%.

Autre secteur en repli, les constructeurs automobiles ont vu leur indice reculer de 0,81%, dans un mouvement de balancier au lendemain d‘une hausse de 2,25% provoqué par la publication des immatriculations de voitures neuves au mois d‘avril.

À New York, Wall Street est en petite hausse. Le Dow Jones gagne 0,24% vers 15h50 GMT, tiré vers le haut par la vive progression de l‘action Home Depot qui monte de 2,13% à 78,39 dollars à la suite de la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

Sur le marché des changes, l‘euro se renforce légèrement face au dollar, mais sa hausse est limitée par la l‘éventualité d‘un abaissement en territoire négatif du taux de dépôts de la BCE. La monnaie américaine s‘est elle redressée face au yen.

Sur le marché obligataire, les futures sur le Bund allemand sont en recul, un peu au-dessus de 144,5, dans l‘attente des déclarations du président de la Fed et d‘une adjudication allemande mercredi.

Les rendements de la dette souveraine grecque à 10 ans sont par ailleurs passés en-dessous de ceux des titres à plus longue échéance pour la première fois en trois ans, les investisseurs ne pariant plus sur le risque d‘un défaut de la Grèce.

La perspective d‘un ralentissement des rachats d‘actifs de la Fed fait en outre baisser le baril de Brent.

Julien Dury pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below