La perspective d'un compromis budgétaire s'éloigne à Washington

lundi 20 mai 2013 17h26
 

par Jason Lange et David Lawder

WASHINGTON (Reuters) - Les chances de voir républicains et démocrates aboutir à un compromis sur la refonte du système fiscal américain, la réduction des dépenses de l'Etat et une réforme de la protection sociale semblent s'amenuiser.

L'annonce d'une amélioration soudaine des perspectives de déficit public au cours de la prochaine décennie a réduit la pression sur les élus.

De plus, une série de scandales - mettant notamment en cause l'Internal Revenue Service (IRS), le fisc américain, et les mesures de protection de la représentation diplomatique à Benghazi attaquée en septembre dernier - détournent l'attention du Congrès et de la Maison blanche.

"Les deux parties ont durci leurs positions et la lassitude semble avoir pris le dessus en matière budgétaire", souligne le républicain Steve Bell, du Bipartisan Policy Center.

Ces chiffres "ont éteint le feu dans le camp des alarmistes", a déclaré Jared Bernstein, membre du Center on Budget and Policy Priorities et ancien conseiller économique du vice-président démocrate Joe Biden.

"Les chances que le Congrès fasse quelque chose d'utile, qui étaient déjà minces, le sont encore plus", a-t-il ajouté. "Il est probable qu'à la Maison blanche, on soit davantage préoccupé par l'IRS."

La presse a accusé la semaine dernière l'IRS d'avoir ciblé ces dernières années des groupes conservateurs, comme les "Tea Party", en matière de contrôle des demandes d'exonérations fiscales.

Le Congressional Budget Office (CBO), un organe non-partisan du Congrès, a revu en forte baisse la semaine dernière sa prévision de déficit pour 2013, estimant qu'il atteindrait 4% du PIB américain, soit la moitié du déficit enregistré en 2009. Et il estime qu'il sera ramené à 2,1% d'ici 2014-2015 sur la base des prévisions actuelles de croissance.   Suite...

 
Les chances de voir républicains et démocrates aboutir à un compromis sur la refonte du système fiscal américain, la réduction des dépenses de l'Etat et une réforme de la protection sociale semblent s'amenuiser. L'annonce d'une amélioration soudaine des perspectives de déficit public au cours de la prochaine décennie a réduit la pression sur les élus. /Photo d'archives/REUTERS/Lee Jae-won