L'enquête de la CE sur les cours du pétrole s'étend

samedi 18 mai 2013 09h43
 

LONDRES (Reuters) - L'enquête de la Commission européenne sur des soupçons de manipulation des cours du pétrole, qui visait initialement trois grandes compagnies, a été étendue à une petite société de trading néerlandaise, Argos Energies, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

Spécialisée dans le courtage de produits pétroliers et propriétaire d'installations de stockage, Argos a reçu mardi la visite d'inspecteurs de la Commission qui se trouvaient toujours sur place vendredi selon la source.

Les enquêteurs ont également procédé à des perquisitions dans les locaux londoniens de l'agence de cotation Platts et dans des locaux de Statoil, de Royal Dutch Shell et BP mardi.

L'enquête menée par Bruxelles porte sur des soupçons de collusion ayant abouti à des distorsions de prix sur le pétrole brut, des produits raffinés et l'éthanol dans le cadre du système "market-on-close" (MOC) de Platts, une période d'une demi-heure par jour dans laquelle l'agence détermine elle-même les cours sur la base d'une série d'offres, de demandes et de transactions.

A Washington, le président de la commission énergétique du Sénat a exhorté le département de la Justice à voir si les soupçons de manipulation des prix s'étaient traduits par des hausses de prix pour les consommateurs américains.

"Les tentatives visant à manipuler les indices pétroliers européens, si elles sont avérées, ont déjà peut-être eu un impact sur les consommateurs et les entreprises américains en raison des interconnexions entre les marchés pétroliers mondiaux et les pratiques de couverture", déclare le sénateur Ron Wyden, dans un lettre adressée à Eric Holder, ministre de la Justice.

Un porte-parole du département de la Justice n'a pas voulu dire si l'examen demandé par le sénateur allait être mis en oeuvre, tout en disant que la lettre de Ron Wyden était prise en considération.

LE MARCHÉ PÉTROLIER PAS AFFECTÉ PAR L'ENQUÊTE, SELON PLATTS

Argos Energies a refusé de commenter les informations selon lesquelles elle était également visée par l'enquête européenne.   Suite...

 
L'enquête de la Commission européenne sur des soupçons de manipulation des cours du pétrole, qui visait initialement trois grandes compagnies, a été étendue à une petite société de trading néerlandaise, Argos Energies. /Photo d'archives/REUTERS/Claudia Daut