Le DG de Rosbank risque sept ans de prison

jeudi 16 mai 2013 16h52
 

par Katya Golubkova et Douglas Busvine

MOSCOU (Reuters) - Vladimir Goloubkov, le directeur général de la filiale russe de la Société générale, encourt une peine pouvant aller jusqu'à sept ans de prison après son arrestation dans un dossier de corruption présumée.

Le ministère russe de l'Intérieur a diffusé jeudi une vidéo montrant Vladimir Goloubkov assis devant un bureau encombré d'une pile de billets, une scène que plusieurs observateurs soupçonnent d'être un montage.

Les enquêteurs ont précisé que ces piles de billets de 5.000 roubles représentent un montant total de cinq millions (120.000 euros environ). Ils ont annoncé l'ouverture d'une enquête criminelle visant Vladimir Goloubkov et une autre dirigeante de Rosbank, la vice-présidente Tamara Polianitsina.

Toutefois, plus de 24 heures après son arrestation, Vladimir Goloubkov n'avait toujours pas été présenté devant un juge. "On ne sait pas encore clairement quand il sera inculpé; l'enquête continue", a déclaré à Reuters son avocat, Dimitri Kharitonov.

Il s'est plaint des conditions "dégradantes" dans lesquelles son client était détenu.

L'un des anciens actionnaires de la banque, l'homme politique Mikhaïl Prokorov, candidat libéral lors de l'élection présidentielle remportée l'an dernier par Vladimir Poutine, a exprimé son indignation après cette arrestation et demandé sa mise en liberté sous caution.

D'autres personnalités du secteur financier russe ont eux aussi exprimé leur soutien à Vladimir Goloubkov et certains ont avancé l'hypothèse d'une manipulation à ses dépens.

"Les accusations ne tiennent tout simplement pas debout", a dit à Reuters Gareguine Tossounian, président de l'Association des banques russes. "Pour moi, il est improbable qu'il se soit abaissé à une telle corruption commerciale. J'espère que les enquêteurs vont envisager la possibilité qu'il ait été délibérément piégé."   Suite...

 
Vladimir Goloubkov, le directeur général de Rosbank, la filiale russe de la Société Générale, encourt une peine pouvant aller jusqu'à sept ans de prison après son arrestation dans un dossier de corruption présumée. /Photo prise le 15 mai 2013/REUTERS/Maxim Shemetov