La Commission européenne enquête sur des majors pétrolières

mardi 14 mai 2013 18h48
 

par Peg Mackey et Nerijus Adomaitis

LONDRES OSLO (Reuters) - La Commission européenne a perquisitionné les locaux des groupes pétroliers Shell, BP et Statoil, soupçonnant une manipulation des prix pétroliers, dans le cadre d'une enquête d'une ampleur sans précédent depuis le scandale du Libor.

Les perquisitions ont eu lieu dans deux pays de l'Union européenne et dans un troisième pays hors de l'UE.

Les autorités surveillent de très près les étalons financiers depuis que certaines des grandes banques de la planète ont été convaincues d'avoir manipulé les taux interbancaires de référence Libor et Euribor.

Le mouvement touche également le marché pétrolier mais les régulateurs mondiaux ne sont pas allés jusqu'à adopter une proposition de régulation des médias spécialistes de l'information pétrolière.

Ils se sont contentés de recommander un ensemble de directives renforçant pour l'essentiel les pratiques courantes d'évaluation des prix de l'or noir.

L'exécutif européen a dit mardi qu'il soupçonnait les groupes concernés d'avoir passé des accords anti-concurrentiels touchant à la soumission de prix à Platts, leader mondial de l'information sur les prix pétroliers, filiale de McGraw Hill.

Il craint que les sociétés concernées se soient entendues pour transmettre à Platts des informations faussées sur les prix afin de manipuler les prix publiés de certains produits pétroliers et biocarburants.

La CE soupçonne par ailleurs un abus de position dominante, empêchant l'émergence de nouveaux participants, toujours dans l'optique de fausser les prix publiés.   Suite...

 
La Commission européenne a perquisitionné les locaux des groupes pétroliers Shell, BP et Statoil, soupçonnant une manipulation des prix pétroliers, dans le cadre d'une enquête d'une ampleur sans précédent depuis le scandale du Libor. /Photo prise le 18 avril 2013/REUTERS/Beawiharta