Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

mardi 7 mai 2013 18h29
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a progressé de 0,37% à 3.921,32 points à la clôture, à la faveur de publications trimestrielles d'entreprises meilleures qu'attendu :

* SOCIETE GENERALE s'est envolé de 5,68% à 30,14 euros après l'annonce d'un nouveau plan d'économies. Le PDG Frédéric Oudéa a également indiqué que la banque allait proposer au conseil d'administration d'opter pour un taux de distribution des bénéfices compris entre 35% et 50% si les objectifs de solvabilité sont tenus en fin d'année.

Dans leur ensemble, les BANQUES de la zone euro (+2,2%) ont signé la plus forte hausse sectorielle en Europe, dopées par les résultats publiés par HSBC, COMMERZBANK et NATIXIS (+2,3%).

Seule exception, CRÉDIT AGRICOLE a reculé de 1,58% à 7,088 euros après la publication de ses résultats. Le titre a notamment accéléré son repli en fin de séance, alors que, selon un analyste en poste à Paris, la banque verte n'a pas fait d'annonces jugées positives lors de sa conférence analystes.

De son côté, BNP PARIBAS, qui a publié ses résultats vendredi, a progressé de 2,4%.

* Plus forte hausse du SBF 120, ALCATEL-LUCENT s'est octroyé 9,57% à 1,11 euro, l'équipementier télécoms ayant rassuré les investisseurs sur son avenir lors de son assemblée générale, selon plusieurs traders parisiens.

* En tête du CAC40, SOLVAY a grimpé de 5,97% à 118,90 euros, le groupe de chimie ayant fait savoir qu'il préparait sa sortie du segment des PVC en Europe en créant avec le groupe privé Ineos une coentreprise, prélude à un désengagement total dans les quatre à six ans à venir.

* LAFARGE a gagné 4,42% à 51,04 euros, le groupe ayant confirmé qu'il atteindrait probablement son objectif de désendettement au second semestre, et rassuré sur sa capacité à maintenir ou augmenter ses prix.

* LEGRAND (+3,67% à 36,745 euros) a confirmé ses objectifs pour 2013 malgré un premier trimestre dont les ventes ont été affectées par la crise persistante en Europe et un effet calendaire défavorable.   Suite...

 
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS