EDF/GDF, cibles les plus évidentes pour des cessions de l'Etat

lundi 6 mai 2013 13h08
 

par Blandine Hénault

PARIS (Reuters) - Les groupes EDF et GDF SUEZ pourraient être les premiers concernés par d'éventuelles cessions de participations de l'Etat, estiment lundi plusieurs intervenants de marché.

Des sociétés comme Aéroports de Paris (ADP), le groupe d'électronique de défense Thales, le motoriste aéronautique Safran ou encore France Télécom sont également citées comme des cibles potentielles pour un désengagement de l'Etat.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a déclaré dimanche soir que l'Etat envisageait de réduire sa participation dans certaines entreprises où son taux de participation est "très important" afin de financer des investissements.

"Si l'on tient compte des déclarations de Jean-Marc Ayrault, les trois dossiers concernés en priorité sont EDF, ADP et GDF Suez, qui constituent les trois plus grosses participations de l'Etat", explique Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

L'Etat français est actionnaire à 84,4% d'EDF, ce qui en fait sa principale participation directe dans une entreprise cotée, selon les données de l'agence des participations de l'Etat.

Les participations directes de l'Etat dans des sociétés cotées en Bourse représentent une valeur de quelque 62,5 milliards d'euros.

"Au vu des discussions, EDF peut a priori faire partie des cibles potentielles", a confirmé un analyste en poste à Paris.

L'Etat détient également directement 54,5% d'ADP, 36,7% de GDF Suez, 27% de Thales et Safran et 13,4% de France Télécom.   Suite...

 
Plusieurs intervenants du marché estiment qu'EDF et GDF Suez pourraient être les premiers concernés par d'éventuelles cessions de participations de l'Etat. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler