Lisbonne veut allonger le temps de travail des fonctionnaires

samedi 4 mai 2013 10h07
 

par Andrei Khalip et Daniel Alvarenga

LISBONNE (Reuters) - Lisbonne veut repousser d'un an l'âge légal de la retraite, à 66 ans, et allonger de 35 à 40 heures le temps de travail des fonctionnaires dans le cadre d'un nouveau plan de réduction des dépenses destiné à réduire le déficit budgétaire et respecter les objectifs fixés dans le cadre de son plan de sauvetage.

Le Premier ministre Pedro Passos Coelho a annoncé vendredi que ce projet, qui vise à dégager 4,8 milliards d'euros d'économies d'ici 2015 et doit, pour l'essentiel, entrer en vigueur l'an prochain, inclue un plan de départs volontaires de 30.000 fonctionnaires sur un total d'environ 600.000.

"Avec ces mesures, nos partenaires européens ne peuvent pas douter de notre engagement" à atteindre les objectifs, a-t-il déclaré à la télévision.

"Le choix ne se pose pas entre austérité ou pas. Si nous n'arrivions pas à atteindre les objectifs, nous serions amenés à sortir de l'euro, ce qui aurait des conséquences catastrophiques pour tout le monde."

Le projet doit être discuté avec l'opposition, les syndicats et le patronat mais la coalition de centre-droit, qui dispose d'une majorité confortable, est en position de le faire passer en force.

La Commission européenne avait averti plus tôt dans la journée que de nouvelles mesures risquaient d'être rejetées par la Cour constitutionnelle, qui a censuré le mois dernier une partie du programme d'austérité au nom de la défense de l'égalité entre les citoyens.

RESPECT DU PRINCIPE D'ÉGALITÉ

La décision des juges constitutionnels a représenté un manque à gagner estimé à 1,3 milliard d'euros dans le plan d'économies de Lisbonne.   Suite...

 
Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho a annoncé vendredi le report d'un an de l'âge légal de la retraite, à 66 ans, et l'allongement du temps de travail des fonctionnaires pour réduire le déficit budgétaire. Ce projet, qui vise à dégager 4,8 milliards d'euros d'économies d'ici 2015 et doit entrer en vigueur l'an prochain, inclue un plan de départs volontaires de 30.000 fonctionnaires. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic