La CE prête à accorder un nouveau délai à Paris pour son déficit

vendredi 3 mai 2013 17h11
 

BRUXELLES/PARIS (Reuters) - La Commission européenne s'est déclarée vendredi prête à donner deux ans à la France, jusqu'en 2015, pour ramener le déficit de ses finances publiques sous 3% du PIB pour tenir compte d'une situation économique qui reste dégradée dans l'Union européenne.

Le commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a évoqué un tel report lors de la présentation de nouvelles prévisions de croissance 2013 et 2014 revues en baisse pour tous les pays membres de l'UE.

"Considérant la situation économique, il peut être raisonnable d'étendre la date limite de deux ans et de corriger le déficit excessif au plus tard d'ici 2015 en France", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici, s'est félicité dans un communiqué que Bruxelles "propose de donner une flexibilité pour le calendrier de retour sous 3% pour mieux prendre en compte les risques sur la conjoncture économique."

"Le gouvernement maintient le cap du sérieux budgétaire et des réformes, et confirme son objectif d'amélioration de ses comptes publics", a-t-il ajouté dans un communiqué. "En revanche, il réaffirme que les efforts de réduction des déficits ne doivent pas pénaliser la croissance."

La Commission prévoit désormais une baisse de 0,1% du PIB de la France en 2013 et une croissance de 1,1% en 2014. A politique inchangée, le déficit public de la France devrait s'établir à 3,9% du PIB fin 2013 et à 4,2% l'an prochain.

Lors de la présentation de ses précédentes prévisions, en février, Olli Rehn avait ouvert la porte à un report d'un an, à 2014, de l'objectif de déficit public de 3% que Paris aurait dû atteindre dès 2013.

Le gouvernement français en a tenu compte dans le programme de stabilité présenté début avril en tirant un trait sur les 3% pour 2013, invoquant la nécessité de ne pas pénaliser encore plus une activité stagnante par un excès d'austérité budgétaire.

"PRÉVISIONS TROP OPTIMISTES"   Suite...

 
Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn. La Commission européenne se dit prête à accorder un délai de deux ans à la France -jusqu'en 2015- pour ramener le déficit de ses finances publiques sous 3% du PIB pour tenir compte d'une situation économique qui reste dégradée dans l'Union européenne. /Photo prise le 3 mai 2013/REUTERS/Yves Herman