Marge bénéficiaire record pour Adidas malgré Reebok

vendredi 3 mai 2013 11h44
 

FRANCFORT (Reuters) - Adidas a fait état jeudi de la marge brute la plus élevée de son histoire, au titre du premier trimestre 2013, grâce aux ventes de ses produits les plus chers qui ont compensé en particulier les difficultés persistantes de sa marque Reebok.

Vers 09h25 GMT, l'action Adidas gagnait 6,40% à 84,59 euros.

Malgré une baisse de 2% du chiffre d'affaires, en raison du manque d'événements sportifs importants, le bénéfice d'exploitation du second groupe mondial d'articles de sport, après Nike, a augmenté de 8% à 442 millions d'euros, au-dessus des 421 millions prévus en moyenne par les analystes interrogés par Reuters.

La marge brute d'Adidas a gagné 2,4 points pour atteindre 50,1%. Le groupe n'a par le passé annoncé qu'une seule fois une marge supérieure à 50%.

Adidas a réitéré sa prévision d'une hausse de son bénéfice par action comprise entre 12 et 16% sur l'ensemble de l'année, et s'attend désormais à une marge brute élevée en 2013.

"Etant donné la solidité de nos stocks et l'attraction que continuent à exercer nos marques, nous nous attendons désormais à réaliser une marge brute dans la haut de notre fourchette de prévisions, variant entre 48,0 et 48,5%", a déclaré Herbert Hainer, le président du directoire.

Herbert Hainer a jugé que le lancement de nouveaux produits compenserait l'absence en 2013 d'événements aussi importants que les Jeux olympiques et l'Euro de football, qui ont eu lieu l'an dernier.

"L'information la plus importante aujourd'hui, c'est qu'Adidas est capable d'améliorer sa marge dans un environnement commercial difficile", estime Herbert Sturm, analyste chez DZ Bank.

Le chiffre d'affaires d'Adidas a cependant baissé à 3,751 milliards d'euros, légèrement en-dessous des 3,78 milliards attendus par le consensus, en raison d'un déclin des ventes chez Reebok et d'effets de change.   Suite...

 
Adidas a fait état vendredi d'une baisse de 2% de son chiffre d'affaires au titre du premier trimestre 2013, en raison des problèmes que continue à rencontrer sa marque Reebok, du manque d'événements sportifs importants et d'effets de change. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Charisius