La Bourse de Londres démarre le mois de mai dans le vert

mercredi 1 mai 2013 18h54
 

PARIS (Reuters) - La Bourse de Londres, seule place européenne ouverte ce mercredi, a démarré le mois de mai sur une note positive, tandis que Wall Street et le dollar perdaient du terrain, après la publication de nouveaux indicateurs ayant confirmé le coup de frein à la reprise aux Etats-Unis.

Ces indicateurs américains - sur l'emploi dans le secteur privé et l'activité manufacturière - renforcent toutefois la perspective d'un maintien du programme d'injections massives de liquidités de la Réserve fédérale.

La Fed va selon toute vraisemblance annoncer la poursuite de son programme de rachat d'actifs ce soir, à l'issue de son comité de politique monétaire de mardi et mercredi, et certains se demandent si elle ne va pas devoir faire plus pour soutenir une reprise qui tarde à produire ses effets sur le marché du travail.

Les investisseurs présents ce 1er mai attendent également la réunion de la Banque centrale européenne prévue jeudi (BCE). Ils anticipent une baisse de son taux directeur.

Le Footsie britannique a gagné 0,33% à 6.451,29 points, soutenu par les bancaires (+0,68%) en perspective d'un assouplissement de la politique monétaire de la BCE.

A ce stade, les grands indices américains perdent 0,4% à 0,5%, alourdis en outre par le groupe pharmaceutique Merck, qui perd 2% après avoir publié un chiffre d'affaires inférieur aux attentes et abaissé sa prévision de bénéfice par action 2013.

Le dollar est tombé à son plus bas niveau depuis le 25 février face à un panier de devises dans l'inquiétude sur la croissance américaine après les mauvais chiffres de l'emploi privé qui vont dans le sens d'un nouvel assouplissement de la politique de la Fed.

"Nous pensons que la Fed va être aussi souple qu'elle peut se le permettre et la faiblesse du dollar est donc justifiée et pourrait même s'accentuer un peu", estime Adam Cole, responsable de la stratégie sur le marchés des changes chez RBC Capital Markets.

L'euro reste ferme face au dollar, la BCE n'ayant pas adopté de mesures non conventionnelles de soutien à la croissance, comme les banques centrales américaine et japonaise.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES