April 30, 2013 / 4:13 PM / 4 years ago

Les principales Bourses européennes terminent dans le rouge

3 MINUTES DE LECTURE

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé dans le rouge mardi, à l'exception notable de celle de Francfort, tandis que Wall Street évolue dans l'indécision, les investisseurs étant partagés entre les espoirs d'annonces de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif de la part de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale et la publication d'un indicateur nettement décevant en provenance des Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un repli de 0,31% (11,93 points) à 3.856,75 points. Sur l'ensemble du mois d'avril, il a toutefois progressé de 3,36%. Le Footsie britannique a perdu 0,43% et le Dax allemand a gagné 0,51%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 était en baisse de 0,20%.

A Wall Street, le Dow Jones était au même moment en très léger retrait (-0,02%) tandis que le S&P 500 avançait de 0,1% et que le Nasdaq gagnait 0,34%.

Aux valeurs, les bancaires se sont illustrées après la publication d'une série de résultats favorables. Deutsche Bank a pris 6,11%, après avoir annoncé qu'elle étofferait son bilan par le biais d'une augmentation de capital de 2,8 milliards d'euros et publié des bénéfices supérieurs au consensus au premier trimestre.

UBS a bondi de 5,67% après des résultats meilleurs que prévu, avec une forte hausse du trading pour compte propre et une progression de son activité de gestion de fortune.

Lloyds Banking Group a fini sur une hausse 1,55%, loin de ses plus hauts de séance, après avoir annoncé un bénéfice net en forte hausse et doublé son objectif de réduction de coûts. Dans le sillage des bancaires, Société générale a gagné 1,4%.

L'annonce d'une contraction de l'activité dans la région de Chicago au mois d'avril s'est répercutée sur le cours du dollar.

En hausse à la mi-séance en Europe, il s'est ensuite orienté à la baisse, touchant même un plus bas de deux mois contre un panier de devises. Son recul se confirme face à l'euro revenu en séance jusqu'à 1,3185.

Le marché obligataire, au contraire, semble peu concerné, les rendements des Treasuries et des Bunds allemands restant quasiment inchangés.

Les cours du brut reculent, le Brent repassant sous 103 dollars.

Selon une enquête Reuters, ils devraient continuer d'évoluer autour de 100 dollars le baril au cours des deux prochaines années. Les analystes interrogés estiment qu'ils devrait atteindre cette année un cours moyen de 107,60 dollars, alors qu'ils tablaient le mois dernier sur 110,70 dollars.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below