La BCE s'inquiète du poids des créances douteuses en zone euro

vendredi 26 avril 2013 19h05
 

(Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) s'inquiète de plus en plus de voir le poids des créances douteuses dans les portefeuilles de prêts des banques européennes entraver le redémarrage du crédit dans un contexte de priorité donnée au renforcement des fonds propres, selon plusieurs responsables de l'institution.

Les responsables monétaires européens sont de plus en plus agacés par les réticences des autorités nationales, des régulateurs et des banques elles-mêmes à engager un nécessaire nettoyage des bilans après des années d'atermoiements.

Selon KPMG, les créances douteuses des banques européennes atteindraient près de 1.500 milliards d'euros, dont 600 milliards pour les seuls établissements britanniques, espagnols et irlandais.

Dans une récente étude sur le sujet, le cabinet de consultants souligne que "toute une série d'opérations de réduction de bilan ne s'est pas encore matérialisée", les banques préférant proroger des prêts plutôt que de céder des portefeuilles et de constater des pertes.

Une initiative de la BCE qui permettrait de relancer le crédit en particulier pour les entreprises petites et moyennes est largement anticipée, même si ses implications budgétaires pourraient la renvoyer après le Conseil européen de la fin juin plutôt qu'à l'occasion de la prochaine réunion du conseil des gouverneurs, jeudi à Bratislava.

Pour autant, certains facteurs expliquant le rationnement présumé du crédit sont en dehors du champ d'intervention directe de la BCE.

"La BCE n'a pas de baguette magique", a récemment déclaré Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE. "La banque centrale ne peut pas compenser le manque ou la mauvaise allocation des fonds propres. C'est une question qui doit être traitée, d'une manière ou d'une autre, par d'autres parties prenantes", a-t-il souligné.

Les entreprises non-financières ont été les premières touchées par la chute du crédit, les banques européennes ayant réduit de 365 milliards d'euros leurs facilités de crédits au cours des quatre dernières années, soit un recul de 7,5%. Les banques espagnoles ont diminué d'un tiers leurs prêts aux entreprises tandis que leurs homologues irlandaises prêtent aujourd'hui moitié moins, selon les données de la BCE.

Le crédit aux ménages n'est pas en reste avec des prêts bancaires en baisse de 8,6% par rapport au dernier plus haut.   Suite...

 
La Banque centrale européenne (BCE) s'inquiète de plus en plus de voir le poids des créances douteuses dans les portefeuilles de prêts des banques européennes entraver le redémarrage du crédit dans un contexte de priorité donnée au renforcement des fonds propres, selon plusieurs responsables de l'institution. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski