Les Bourses européennes terminent en baisse

vendredi 26 avril 2013 19h06
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse vendredi après l'annonce d'une croissance aux Etats-Unis inférieure aux attentes et des résultats trimestriels mitigés.

Toutefois, l'indice paneuropéen EuroFirst 300 et le CAC 40 à Paris ont gagné respectivement 3,7% et 4,33% sur la semaine - leur plus forte hausse hebdomadaire en cinq mois - portés par les espoirs d'une baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa réunion de politique monétaire de la semaine prochaine.

Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 2,5% en rythme annualisé sur janvier-mars selon la première estimation publiée par le département du Commerce, une croissance inférieure d'un demi-point au consensus Reuters.

Par ailleurs, le moral des ménages américains s'est dégradé ces dernières semaines, selon l'enquête Reuters-Université du Michigan. L'indice de confiance est cependant ressorti supérieur au consensus, à 76,4 contre 73,2 attendues en moyenne par les économistes.

À Paris, le CAC 40 a cedé 0,79% (-30,42 points) à 3.810,05 points. Le Footsie britannique a perdu 0,25% et le Dax allemand 0,23%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a perdu 0,78%.

A la clôture en Europe, les indices new-yorkais étaient orientés à la baisse, même si la hausse du pétrolier Chevron (+1%) limitait le repli du Dow Jones.

PPR a chuté de 6,72%, l'un des reculs les plus marqués de l'EuroStoxx 50, au lendemain de ses résultats trimestriels, qui montrent un net ralentissement de ses activités dans le luxe au premier trimestre, en Europe comme en Chine.

Autre valeur sanctionné, Alcatel-Lucent a cédé 2,76% après avoir publié une nouvelle perte au titre des trois premiers mois de l'année.

Contre la tendance, Vinci a gagné 3,39%, la plus vive hausse du CAC, soutenu entre autres par l'évocation dans le presse de discussions entre le gouvernement et les sociétés d'autoroutes sur une prolongation des concessions en échange d'un plan d'investissements de trois milliards d'euros.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES