La récession sera pire que prévu cette année en Espagne

vendredi 26 avril 2013 19h25
 

par Julien Toyer et Paul Day

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol a reconnu vendredi que la récession économique serait encore plus sévère que prévu cette année et que la réduction des déficits lui prendrait plus de temps qu'annoncé, un délai supplémentaire que la Commission européenne semble disposée à lui accorder.

Madrid anticipe désormais une contraction de 1,3% du produit intérieur brut (PIB) cette année au lieu de -0,5% jusqu'à présent, et a revu à la hausse sa prévision de déficit, à 6,3% contre 4,5%.

Cela signifie qu'après un déficit de 7,1% du PIB en 2012 (en excluant les fonds publics investis dans les banques),l'Etat devra trouver 10 milliards d'euros cette année pour atteindre son objectif.

Le retour à la croissance devrait s'amorcer en 2014 avec une hausse de 0,5% du PIB et se confirmer en 2015 à 0,9%, a précisé la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria.

Le gouvernement estime désormais qu'il lui faudra jusqu'en 2016 pour ramener le déficit sous le plafond de 3% fixé par les règles européennes, soit deux ans de plus que prévu initialement.

La Commission européenne a laissé entendre dès vendredi qu'elle pourrait accorder à Madrid le temps nécessaire pour réduire son déficit.

"Le report de la correction du déficit excessif à 2016 est cohérent avec l'analyse technique actuelle", a dit l'exécutif communautaire dans un communiqué.

La Commission doit rendre sa décision définitive le 29 mai.   Suite...

 
Le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos (à gauche) et la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, en conférence de presse à Madrid. Le gouvernement espagnol a revu en forte baisse vendredi ses prévisions économiques, disant anticiper désormais une contraction de 1,3% du PIB cette année au lieu de -0,5% jusqu'à présent, et il a revu à la hausse sa prévision de déficit, à 6,3% contre 4,5%. /Photo prise le 26 avril 2013/REUTERS/Sergio Perez