Résultats en recul pour Total malgré le raffinage et la chimie

vendredi 26 avril 2013 17h31
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Total a été pénalisé au premier trimestre par la baisse des cours du pétrole et un repli de sa production, mais sa restructuration a porté ses fruits dans le raffinage et la chimie.

La troisième compagnie pétrolière européenne par la capitalisation boursière, derrière Royal Dutch Shell et BP, a toutefois affiché vendredi sa "confiance" dans ses objectifs, confirmant notamment que sa production devrait croître de 2% à 3% en 2013 malgré un recul de 2% au premier trimestre.

Le groupe mise en particulier sur le redémarrage des plates-formes d'Elgin-Franklin, en mer du Nord, ainsi que sur les mises en service des sites d'Angola LNG et de Kashagan, au Kazakhstan, pour améliorer ses performances.

"Augmenter le dividende cette année dépendra principalement de la solidité du bilan", a également déclaré le directeur financier Patrick de La Chevardière, lors d'une conférence téléphonique.

"Avec un prix du Brent au-dessus de 100 dollars en moyenne cette année et les produits du programme de cessions d'actifs, nous pourrions disposer de marges de manoeuvre (...), mais c'est un sujet pour le conseil d'administration", a-t-il ajouté.

Le groupe a progressé en matière de ventes d'actifs, près de 13 milliards de dollars de cessions étant réalisées ou engagées pour un programme de 15 à 20 milliards sur la période 2012-2014.

Il a en outre indiqué que les marges européennes de raffinage et les marges pétrochimiques étaient "orientées favorablement" en ce début de deuxième trimestre, précisant toutefois que des arrêts pénaliseraient ses volumes dans l'aval sur la période d'avril à juin.

En Bourse, l'action Total perdait 1,9% à 37,36 euros à 17h10, pendant que l'indice CAC 40 cédait 0,9%, faisant ressortir une capitalisation boursière de près de 88,5 milliards d'euros. Le titre recule de 4% depuis le début de l'année après un repli de 1,2% en 2012.   Suite...

 
Total publie des résultats en baisse au premier trimestre, en raison notamment d'un recul des cours du pétrole et de sa production, et indique que les volumes de ses activités aval seront pénalisés par des arrêts au deuxième trimestre. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes