La Chine pèse plus que prévu Pernod Ricard

jeudi 25 avril 2013 14h33
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Pernod Ricard a fait moins bien que prévu entre janvier et mars, avec des ventes en recul en Chine et un tassement de sa croissance aux Etats-Unis, ses deux principaux marchés.

Les ventes du numéro deux mondial des vins et spiritueux, propriétaire du cognac Martell, du whisky Chivas Regal ou de la vodka Absolut, ont totalisé 1,743 milliard d'euros sur la période, troisième trimestre de son exercice décalé, signant une hausse de 2% en données publiées.

A taux de change constants, la croissance ressort à 6%, inférieure à la moyenne de 7,3% attendue par les analystes, après une progression de 5% au premier semestre. Mais corrigée des effets techniques liés aux évolutions des stocks en France (des déstockages massifs étaient intervenus l'an dernier, liés à la hausse des taxes sur les spiritueux), la croissance décélère fortement, à 3%.

Le tassement de la croissance s'explique principalement par la Chine, deuxième marché du groupe (13% du chiffre d'affaires), où les ventes ont accusé une baisse de 2% après une progression de 18% au premier semestre.

Pernod avait averti que ses ventes pour le nouvel an chinois avaient été moins bonnes qu'en 2012, mais le marché n'avait pas anticipé un tel recul.

Ces chiffres sont sanctionnés en Bourse, où le titre Pernod Ricard signe la plus forte baisse du CAC 40 et cède 2,2% à 94,78 euros à 14h15, alors que l'indice avance de 0,2%.

"Le recul a été plus fort qu'attendu en Asie, et l'Amérique est elle aussi inférieure aux prévisions", notent les analystes de Citi.

Le directeur financier du groupe, Gilles Bogaert, a précisé à Reuters que la demande en Chine était impactée par un contexte économique moins favorable et un changement des comportements depuis l'arrivée au pouvoir de la nouvelle équipe gouvernementale.   Suite...

 
Pierre Pringuet, le directeur général de Pernod Ricard. Impacté par un ralentissement de ses ventes en Chine, le numéro deux mondial des spiritueux a vu sa croissance organique reculer au troisième trimestre (hors effets de sur-stockages en France) mais a confirmé son objectif de résultat annuel. /Photo prise le 6 novembre 2012/REUTERS/Christian Hartmann