Londres lance le processus de vente de ses parts d'Urenco

lundi 22 avril 2013 19h52
 

LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique a annoncé lundi la mise en vente prochaine, partielle ou totale, de sa participation de 33% dans le spécialiste de l'enrichissement d'uranium Urenco.

Ce dernier, deuxième fournisseur mondial de combustible nucléaire, est détenu à parité par la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l'Allemagne dont la part est aux mains des groupes d'électricité E.ON et RWE.

La valeur totale d'Urenco est estimée autour de 10 milliards d'euros et plusieurs acteurs passent pour être intéressés par une éventuelle entrée à son capital.

"Le Royaume-Uni pourrait peut-être en tirer trois milliards de livres (3,5 milliards d'euros) si l'acheteur croit au renouveau du nucléaire", a dit une source britannique du secteur.

Parmi les prétendants figurent le français Areva, l'américain Westinghouse, filiale du japonais Toshiba, le producteur canadien d'uranium Cameco et l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada.

Le repreneur devra avoir reçu l'aval des trois actionnaires actuels.

La part du capital d'Urenco mise en vente et le calendrier de cession n'ont pas encore été déterminés, a expliqué le ministère des Entreprises dans un communiqué.

Le processus de cession pourrait s'étaler sur plusieurs mois, notamment en raison des impératifs de sécurité et de la nécessité d'assurer que les technologies nucléaires d'Urenco resteront strictement contrôlées.

IMPÉRATIFS DE SÉCURITÉ   Suite...

 
Policiers allemands devant l'usine Urenco de Gronau, à la frontière avec les Pays-Bas, lors d'une manifestation antinucléaire. Le gouvernement britannique a lancé la mise en vente prochaine, partielle ou totale, de sa participation de 33% dans le spécialiste de l'enrichissement d'uranium, deuxième fournisseur mondial de combustible nucléaire, détenu à parité par la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l'Allemagne. /Photo prise le 11 mars 2012/Reuters/Wolfgang Rattay