April 21, 2013 / 4:28 PM / in 4 years

Wall Street face à la chute du titre Apple

4 MINUTES DE LECTURE

Après avoir accusé la semaine dernière la pire performance hebdomadaire depuis le début de l'année, Wall Street devrait normalement connaître un rebond dans les jours à venir. Mais tout dépendra des résultats trimestriels que doit normalement publier Apple mardi après la clôture de la place boursière américaine. /Photo prise le 4 avril 2013/Mike Segar

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Le titre Apple a beau avoir été divisé par près de deux depuis son record absolu atteint en septembre, la question qui est sur les lèvres de tous les investisseurs est la suivante : jusqu'où peut-il descendre ?

Après avoir accusé la semaine dernière la pire performance hebdomadaire depuis le début de l'année, Wall Street devrait normalement connaître un rebond dans les jours à venir.

Mais tout dépendra des résultats trimestriels que doit normalement publier le fabricant d'iMac, d'iPhone et d'iPad mardi après la clôture de la place boursière américaine.

"Ce n'est plus l'action qui valait 700 dollars, mais le titre Apple a toujours un poids prépondérant dans les indices (...)", a estimé James Dailey, gérant de portefeuille chez TEAM Financial Asset Management.

Sous le coup de résultats décevants de poids lourds de la cote, tels IBM et General Electric, et d'indicateurs chinois et américains jugés inquiétants pour la croissance mondiale, le Dow Jones et le S&P 500 ont tous deux perdu 2,1% sur la semaine et le Nasdaq Composite 2,7%.

"Le niveau critique pour le S&P serait les 1.540 points, proche de la moyenne mobile à 50 jours", a déclaré Andre Bakhos, directeur d'analyses de marché chez Lek Securities, ajoutant que si l'indice de référence des gérants de fonds passait sous ce plancher, il pourrait redescendre jusqu'au 1.500 points.

Le S&P 500, encore en hausse de plus de 9% depuis le début de l'année, a terminé vendredi à 1.555,25 points.

Alors que la saison des résultats est désormais pleinement lancée, la croissance moyenne des bénéfices du premier trimestre des composantes du S&P 500 est désormais estimée à 2,2%, contre une précédente projection datant de début avril de 1,5%, selon des données Thomson Reuters.

Un total de 104 composants du S&P 500 a déjà publié des données trimestrielles. Dix entreprises faisant partie du Dow doivent annoncer leurs chiffres cette semaine dont Caterpillar (lundi), DuPont, United Technologies(mardi), Boeing, Procter & Gamble (mercredi) ou encore ExxonMobil (jeudi).

La dégringolade D'apple

Après avoir atteint le 21 septembre 2012 un record historique de 705,07 dollars, le titre Apple a chuté depuis de plus de 40%, perdant au passage sa place de première capitalisation boursière mondiale qu'il a détenue pendant environ un an.

Depuis le début de l'année, l'action a perdu plus de 27% et, depuis sept mois, elle a effacé plus de 280 milliards de capitalisation boursière, les investisseurs estimant que la mort de Steve Jobs et la montée en puissance de Samsung ont fait perdre au groupe son aura d'invincibilité.

Selon les prévisions des analystes financiers, Apple annoncera mardi une hausse de seulement 8% de son chiffre d'affaires trimestriel, un des plus faibles taux de croissance en la matière depuis des années.

Le bénéfice par action est vu en baisse de 18%, Apple perdant des parts de marché face aux concurrents, ce qui limite sa capacité à déterminer souverainement le prix de ses produits.

"Les intervenants de marché savent qu'Apple ne va pas annoncer de bons chiffres (...)", a déclaré James Dailey.

Malgré le plongeon du titre Apple, 45 des 58 courtiers interrogés par Reuters ont encore une recommandation à l'achat, voire à l'achat renforcé sur la valeur. Et, selon des données Thomson Reuters Starmine, la valeur intrinsèque d'Apple - un objectif de cours calculé sur la croissance attendue au cours de la décennie à venir - est de 565 dollars l'action.

Outre Apple et les autres entreprises qui vont annoncer des résultats, la semaine sera également marquée par une série d'indicateurs macro-économiques, dont une série liée à un secteur immobilier américain en pleine reprise.

Vendredi sera le jour de la première estimation du produit intérieur brut (PIB) du premier trimestre, vu en hausse de 3,0% après +0,4% sur les trois derniers mois de 2012.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below