Les 2/3 des 35 mesures du Pacte de compétitivité engagées

jeudi 18 avril 2013 17h40
 

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé jeudi la suppression de l'obligation de publier leurs comptes pour 1,5 million de petites entreprises et une mobilisation accrue de l'épargne populaire afin de soutenir l'activité et favoriser la croissance.

Ces mesures ont été dévoilées dans le cadre d'un bilan d'étape du Pacte de compétitivité lancé à l'automne dernier, qui prévoit notamment 20 milliards d'aides fiscales aux entreprises.

Les deux tiers des mesures prévues par ce plan sont aujourd'hui engagées, selon le rapport d'étape établi par l'industriel Louis Gallois, déjà auteur de propositions qui ont inspiré le Pacte.

"À tous ceux qui prennent des risques, je veux dire que le gouvernement les soutient et les soutiendra", a pour sa part déclaré le Premier ministre à la presse à l'issue d'une réunion avec une vingtaine de membres de son gouvernement à Matignon.

Les mesures du Pacte de compétitivité "vont porter leurs fruits", a assuré Jean-Marc Ayrault, qui a fixé un horizon de cinq ans - le quinquennat du président François Hollande.

"Ce n'est pas un coup de baguette magique, c'est de l'investissement, de l'innovation, du financement, de la formation, du soutien à l'export, du dialogue social, et c'est cela qui va peu à peu contribuer à la croissance", a-t-il dit.

Selon le gouvernement, les entreprises ont bénéficié de l'effet trésorerie apporté par le Crédit d'impôt compétitivité emploi à hauteur de 430 millions d'euros, grâce à la Banque publique d'investissement (BPI) créée le 1er janvier et qui a tenu son premier conseil d'administration le 21 février.

L'objectif est d'atteindre deux milliards de préfinancement bancaire d'ici l'été.

SOUTIEN À L'EXPORT   Suite...

 
Les deux tiers des mesures prévues par le Pacte de compétitivité lancé à l'automne dernier sont aujourd'hui engagées, selon le rapport d'étape établi par Louis Gallois, déjà auteur de propositions qui ont inspiré ce plan. /Photo d'archives/REUTERS/François Lenoir