17 avril 2013 / 20:11 / dans 4 ans

Wall Street rechute, sous le coup d'Apple

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Après son rebond de mardi, Wall Street a rechuté mercredi, entraînée à la fois par la plongeon de l‘action Apple et par le nouvel accès de faiblesse des valeurs énergétiques et de celles liées aux matières premières.

L‘indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,94%, soit 138,19 points, à 14.618,59. Le S&P-500, plus large, a perdu 22,56 points, soit 1,43%, à 1.552,01. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 59,96 points (-1,84%) à 3.204,67.

Lundi, à la suite d‘un effondrement du cours de l‘or provoqué par l‘annonce d‘une croissance moindre que prévu de l‘économie chinoise, les marchés actions et les cours des matières premières avaient fortement baissé.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, avait perdu plus de 2%, accusant son plus important repli en une journée depuis le 7 novembre.

Contrairement aux Bourses européennes, Wall Street avait repris un peu de couleurs mardi, mais la baisse de ce mercredi signifie que le S&P 500 a abandonné plus de 2% depuis le début de la semaine.

Et, au vu de la forte progression de Wall Street en ce début d‘année, qui a vu le Dow Jones et le S&P 500 battre leurs records historiques, les analystes sont d‘avis que la baisse pourrait s‘amplifier.

“Après que la dégringolade de l‘or a fait paniquer les intervenants du marché actions lundi, il apparaîtrait que ceux qui sont prompts à prendre position dès que les cours reculent se montrent plus prudents, ce qui explique que le marché continue de baisser”, a estimé Gordon Charlop, directeur général chez Rosenblatt Securities.

“Il se pourrait également que la tolérance au risque est moins grande et que le repli du marché tant attendu va enfin commencer.”.

La lettre adressée à Barack Obama contenant selon le FBI de la ricine, un poison violent, a ajouté une dose d‘incertitude auprès les acteurs de marché, déjà secoués par les attentes de Boston lundi.

“Cette séquence d‘incidents terroristes (...) ne crée pas un environnement pour une psychologie d‘investissement positive”, a noté Bucky Hellwig, vice-président chez BB&T Wealth Management.

Le titre Apple a perdu 5,50% à 402,80 dollars, à un plus bas de 16 mois, en réaction aux prévisions maussades de son fournisseur Cirrus Logic qui ravivent les inquiétudes sur la demande pour les iPhone et iPad.

Depuis son record à 705 dollars en septembre dernier, l‘action Apple, tombée en séance sous les 400 dollars, a perdu plus de 40% de sa valeur sur fond d‘intensification de la concurrence dans les smartphones et les tablettes, synonyme de baisse des marges pour la firme californienne.

Le titre Intel s‘est retourné à la hausse en deuxième partie de séance pour avancer de 0,07% à 21,93 après que le numéro un mondial des semi-conducteurs a annoncé mardi soir des résultats trimestriels conformes aux attentes et des prévisions moins mauvaises que prévu.

En plus de bon nombre de valeurs technologiques, celles liées à l‘énergie et aux matières premières ont également baissé, les indices sectoriels reculant respectivement de 1,94% et de 1,45%.

Et le secteur bancaire (-2,01%) a souffert de la chute de 4,72% à 11,70 dollars de l‘action Bank of America après que l‘établissement a fait état de résultats trimestriels bien en-deçà des attentes.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below