LVMH ne parvient pas à rassurer sur Louis Vuitton

mardi 16 avril 2013 19h54
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - LVMH n'est pas parvenu à rassurer le marché mardi, après avoir fait état, la veille, d'un fort ralentissement des ventes de Louis Vuitton, la marque phare et la plus rentable du groupe de luxe.

Lors d'une conférence téléphonique très attendue, le directeur financier du numéro un mondial du luxe a indiqué que la croissance organique de Louis Vuitton n'avait pas été "très différente" de celle de l'ensemble de la division mode-maroquinerie, alors que les analystes l'évaluent autour de 1% à 2% seulement.

Le malletier pèse pour plus de 70% des ventes de la division dont la croissance à taux de change constants est tombée à 3% au premier trimestre - après une décélération à 5% au second semestre 2012 - alors que les analystes s'attendaient en moyenne à une progression de 5%.

Vuitton, dont la croissance faiblit depuis six trimestres consécutifs, a signé, au premier trimestre, sa plus faible progression depuis la fin 2009 et nombre d'analystes estiment que les marges du groupe s'en trouveront affectées.

Le directeur financier a expliqué la contre-performance du premier trimestre par des conditions toujours difficiles en Europe et par un "une demande dans la partie Est du monde (la Chine), qui fait défaut depuis neuf à dix mois".

"Notre modèle est bâti pour une plus forte croissance", a reconnu Jean-Jacques Guiony.

Il a précisé que les ventes de la division mode-maroquinerie avaient été stables en Europe et en Chine, avaient augmenté de 5% aux Etats-Unis et dépassé les 10% au Japon, où la baisse du yen a provoqué une chute du tourisme japonais à l'étranger et un report des achats de produits de luxe dans le pays.

Il a évoqué une baisse du trafic dans les magasins Vuitton en Chine et de moindres flux touristiques en Europe, où les hausses de prix ont rendu les écarts de prix moins attractifs.   Suite...

 
LVMH n'est pas parvenu à rassurer le marché mardi, après avoir fait état, la veille, d'un fort ralentissement des ventes de Louis Vuitton, la marque phare et la plus rentable du groupe de luxe. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria