Goldman Sachs: le négoce pour la clientèle en berne

mardi 16 avril 2013 19h19
 

par Lauren Tara LaCapra et Tanya Agrawal

(Reuters) - Goldman Sachs a fait état mardi d'une hausse supérieure aux attentes de son bénéfice au premier trimestre mais ses recettes tirées du négoce pour le compte de ses clients ont fondu de 10%, soulevant la question de la santé de son activité traditionnellement la plus lucrative.

Au cours des quatre dernières années, ce métier a représenté près de 60% du produit net bancaire de Goldman Sachs, mais le déclin des volumes observé depuis 2009 conjugué à la montée en puissance de la concurrence a eu des conséquences sur ses résultats.

L'action Goldman Sachs cédait 1,65% en début d'après-midi à Wall Street.

De janvier à mars, le bénéfice de la banque d'affaires a progressé de 5,5%, essentiellement en raison de l'amélioration de ses autres activités. L'activité de banque d'investissement a bondi de 36% à 1,57 milliard.

La division "Investing and Lending", qui gère les investissements pour compte propre de la banque, a réalisé 2,07 milliards de dollars de revenus, soit 20,5% de l'activité globale. Les estimations des analystes pour cette division s'échelonnaient entre 1,0 milliard et 2,2 milliards.

Les activités pour compte propre de la banque ont permis à Goldman Sachs de dépasser les attentes de Wall Street à de nombreuses reprises ces dernières années mais elles sont aussi à l'origine de la perte nette subie au troisième trimestre 2011, la deuxième de l'histoire du groupe bancaire.

Au premier trimestre, les recettes tirées des activités de négoce pour le compte de sa clientèle ont diminué de 10% pour tomber à 5,139 milliards de dollars, ce qui représente près de la moitié du PNB de Goldman Sachs.

Ce dernier a augmenté de 1,4% sur un an à 10,09 milliards de dollars, malgré la baisse de 7%, à 3,22 milliards, des revenus tirés des activités de courtage de taux fixes, devises et matières premières pour le compte des clients.   Suite...

 
Goldman Sachs a fait état mardi d'une hausse supérieure aux attentes de son bénéfice au premier trimestre mais ses recettes tirées du négoce pour le compte de ses clients ont fondu de 10%, soulevant la question de la santé de son activité traditionnellement la plus lucrative. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid