La troïka donne son feu vert à un nouveau versement à la Grèce

lundi 15 avril 2013 16h04
 

par Luke Baker et George Georgiopoulos

BRUXELLES (Reuters) - La "troïka" des créanciers internationaux de la Grèce a adressé lundi un satisfecit à Athènes, ouvrant la voie au versement d'une nouvelle tranche d'aide et laissant espérer au gouvernement grec un assouplissement futur des conditions de son plan de sauvetage.

La Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont estimé que les autorités helléniques étaient bien parties pour contenir l'endettement du pays et pour le sortir de la récession l'an prochain, ce qui devrait permettrait le paiement d'une nouvelle tranche d'au moins 2,8 milliards d'euros d'aide internationale.

Yannis Stournaras, ministre grec des Finances, a aussitôt annoncé qu'Athènes espérait dégager cette année un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette), l'un de ses objectifs et que le gouvernement demanderait donc une nouvelle réduction de sa dette auprès de ses partenaires européens.

La Grèce a finalement renoncé à s'opposer au licenciement de quelque 15.000 fonctionnaires prévu dans le cadre du plan d'aide signé l'an dernier, ce qui a facilité le feu vert de la troïka.

"Je suis très heureux que le gouvernement mène un effort résolu dans ce domaine", a déclaré Poul Thomsen, représentant en chef du FMI lors des missions d'évaluation de la troïka. "Je suis toujours étonné (...) par le tabou politique que constitue le licenciement de personnes dont les performances sont insuffisantes."

La troïka a également convaincu Athènes de geler son plan de fusion de National Bank et Eurobank, respectivement première et troisième banques du pays, de crainte que le nouvel ensemble créé par ce rapprochement soit trop gros pour pouvoir être vendu à des acteurs privés.

RÉDUCTION DRASTIQUE

Le Premier ministre Antonis Samaras, qui conduit un gouvernement soutenu par une fragile coalition de trois partis, a annoncé que l'accord avec la troïka ouvrait de plus la voie à un nouveau versement de six milliards d'euros en mai.   Suite...

 
La "troïka" des créanciers internationaux de la Grèce juge qu'Athènes maintient sa dette à un niveau durable et pourra de ce fait bientôt recevoir une nouvelle tranche de 2,8 milliards d'euros d'aide internationale de la part du Fonds européen de stabilité financière (FESF). /Photo d'archives/REUTERS/John Kolesidis