A Dublin, l'Autriche cultive son isolement sur le secret bancaire

vendredi 12 avril 2013 12h38
 

par John O'Donnell et Jan Strupczewski

DUBLIN (Reuters) - L'Autriche a réaffirmé vendredi son attachement au secret bancaire et rejeté une nouvelle fois les appels à emboîter le pas au Luxembourg en acceptant de fournir à ses partenaires des informations sur les clients étrangers de ses banques soupçonnés d'évasion fiscale.

Le sujet brûlant des paradis fiscaux a été inséré à la dernière minute dans l'ordre du jour de la réunion informelle des ministres des Finances de l'Union européenne à Dublin. Le menu était pourtant déjà riche avec le sauvetage de Chypre et l'extension très probable des prêts accordés à l'Irlande et au Portugal au début de la crise.

La ministre autrichienne Maria Fekter a donc choisi d'assumer son isolement en défendant le droit à préserver le secret bancaire.

"L'Autriche s'en tient au secret bancaire", a-t-elle dit à la presse à son arrivée dans la capitale irlandaise. "Nous luttons contre l'exil fiscal et le blanchiment d'argent. Je ne m'attends à aucune question indésirable."

Elle a ajouté ne pas juger nécessaire l'échange automatique d'informations et estimé qu'une telle pratique constituerait une violation du droit au respect de la vie privée.

Moins polémique, la prolongation de sept ans des prêts accordés à l'Irlande et au Portugal dans le cadre des plans de sauvetage de leurs finances publiques devrait être entérinée sans difficulté.

Lisbonne devra toutefois, en contrepartie, trouver de nouvelles ressources pour atteindre cette année ses objectifs de déficits, remis en cause la semaine dernière avec la censure par la Cour constitutionnelle de plusieurs mesures d'économies.

PAS PLUS DE 10 MILLIARDS POUR CHYPRE   Suite...

 
L'Autriche a réaffirmé vendredi son attachement au secret bancaire et rejeté une nouvelle fois les appels à emboîter le pas au Luxembourg, en acceptant de fournir à ses partenaires des informations sur les clients étrangers de ses banques soupçonnés d'évasion fiscale. /Photo prise le 10 avril 2013/REUTERS/Heinz-Peter Bader