L'UE sonne l'alerte sur la France, l'Italie et l'Espagne

mercredi 10 avril 2013 18h01
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a sonné l'alerte face à l'aggravation des problèmes économiques en France, en Italie et en Espagne, ajoutant que la Slovénie devait prendre des mesures urgentes face au risque de déstabilisation de l'ensemble de la zone euro.

Dans son deuxième examen approfondi des déséquilibres macroéconomiques de 13 pays de l'Union européenne, l'exécutif européen s'est inquiété de la France et de l'Italie, tout en incluant l'Espagne et la Slovénie parmi les pays pouvant être mis à l'amende s'ils ne rectifient pas le tir.

Ce système d'alertes appelé procédure des déséquilibres macroéconomiques vise à circonscrire les problèmes individuels et à empêcher un effet de contagion. Il a été mis sur pied après les crises de la dette en Grèce, en Irlande et au Portugal.

La procédure peut déboucher sur une amende représentant 0,1% du PIB à l'encontre d'un pays prévenu de déséquilibres macroéconomiques excessifs, mais qui n'a pas suivi les recommandations qui lui ont été adressées pour y remédier.

"En Espagne et en Slovénie, les déséquilibres peuvent être considérés comme excessifs", écrit la Commission, mentionnant des déficits et des dettes élevés et des déséquilibres structurels du système bancaire et du marché de l'emploi.

Les deux pays doivent à présent faire savoir à la CE d'ici la fin avril de quelle manière ils comptent s'attaquer aux problèmes mentionnés et cette dernière émettra des recommandations à leur adresse fin mai.

FRANCE ET ITALIE INQUIÈTENT DAVANTAGE

Peut-être encore plus inquiétants sont les signes de déséquilibres en France et en Italie, les deuxième et troisième économies de la zone euro, même s'ils ne sont pas "excessifs".

Si ces problèmes s'aggravent, cela voudrait dire que quasiment aucune économie de l'Union européenne, à l'exception peut-être de l'Allemagne, n'est à l'abri de la crise de la dette et que les coûts d'emprunt dans l'ensemble de la région pourraient augmenter pour refléter ce risque.   Suite...

 
Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn. La Commission européenne a sonné l'alerte face à l'aggravation des problèmes économiques en France, en Italie et en Espagne, ajoutant que la Slovénie devait prendre des mesures urgentes face au risque de déstabilisation de l'ensemble de la zone euro. /Photo prise le 10 avril 2013/REUTERS/François Lenoir