Le luxe européen retrouve les vertus du marché américain

mercredi 10 avril 2013 17h28
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Après avoir porté l'effort sur la Chine, les marques de luxe européennes redécouvrent les vertus d'un marché américain qui a surpris par sa vigueur et paraît encore largement sous-exploité.

Délaissé dans les années 2000, où les marques concentraient leurs efforts en multipliant les ouvertures de magasins en Chine pour capter une demande explosive, le marché américain s'est révélé particulièrement solide depuis deux ans.

Profitant d'un contexte macroéconomique favorable lié au redressement de l'immobilier ainsi qu'à un effet de richesse positif provoqué par la hausse de la Bourse, les ventes de produits de luxe y ont même décollé l'an dernier.

"Il y a une confiance, un regain d'énergie (...) et une réelle reprise de la consommation sur la mode et le luxe", déclarait à Reuters Sidney Toledano, PDG de Dior Couture, lors de la dernière "fashion week" parisienne.

En 2012, nombre de groupes ont d'ailleurs vu leurs ventes davantage progresser aux Etats-Unis qu'en Chine, où la croissance a été ralentie par le tassement de l'économie et la baisse des cadeaux d'affaires.

Celles de LVMH, propriétaire de Louis Vuitton, Dom Pérignon ou des parfums Christian Dior, y ont augmenté de 12% à taux de change constants en 2012, contre 10% en Asie. Chez PPR, le pôle luxe (Gucci, Bottega Veneta ou Saint Laurent) a vu ses ventes grimper de 17% en Amérique du Nord, contre 14% an Asie-Pacifique (hors Japon).

Aujourd'hui, les analystes estiment que les grandes marques réalisent aux Etats-Unis un chiffre d'affaires de 15% à 20% supérieur à ce qu'il était avant la crise de 2009.

Les Etats-Unis, rappelle Jean-Marc Bellaïche, associé du Boston Consulting Group, concentrent encore 39% des individus "ultra-riches" de la planète, disposant d'un patrimoine supérieur à 30 millions d'euros.   Suite...

 
Les boutiques de luxe sur la célèbre "cinquième avenue" de New York. Après avoir porté l'effort sur la Chine, les marques de luxe européennes redécouvrent les vertus d'un marché américain qui a surpris par sa vigueur et paraît encore largement sous-exploité. /Photo prise le 4 avril 2013/REUTERS/Mike Segar