Le déficit budgétaire se creuse

mardi 9 avril 2013 12h44
 

PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français à fin février s'est creusé à 27,1 milliards d'euros du fait de la conjoncture déprimée qui continue de peser sur les rentrées fiscales, selon les données publiées mardi par le ministère du Budget.

Par comparaison, il s'établissait à 24,2 milliards sur les deux premiers mois de 2012.

Dans un communiqué, le ministère du Budget souligne que cet écart tient cependant pour l'essentiel à la perception, début 2012, de 2,6 milliards d'euros de recettes liée à l'attribution des licences de téléphonie mobile "4G".

Pour le reste, il indique que l'évolution des dépenses, en hausse de 1,3% à 64,4 milliards d'euros sur les deux premiers mois de l'année, "est conforme à la prévision de dépenses de la loi de finances pour 2013".

Elle intègre une baisse de 7,3% de la charge de la dette de l'Etat, à 2,6 milliards, grâce à la faiblesse des taux de refinancement de la France.

Les dépenses de personnel progressent de 0,4% à périmètre constant par rapport à 2012 et le prélèvement sur recettes au profit de l'Union européenne s'élève à 7,2 milliards au 28 février, soit un milliard de plus qu'un an plus tôt.

Dans le même temps, les recettes ont diminué à 44,1 milliards contre 45,4 milliards un an plus tôt, et ce malgré la forte hausse des prélèvements prévue dans la loi de finances 2013.

Les recettes fiscales nettes sont restées stables à périmètre constant, à 43,4 milliards. Les rentrées de TVA accusent un recul de 0,3%, à 24,6 milliards, qui témoigne de l'environnement difficile pour la consommation, et le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques a plongé de 18,1%.

Mais l'impôt sur le revenu enregistre pour sa part un bond de 7,6% à 14,3 milliards.   Suite...

 
LE DÉFICIT DU BUDGET DE L'ÉTAT