L'Autriche risque l'isolement sur le secret bancaire

lundi 8 avril 2013 19h44
 

par John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a averti l'Autriche lundi que refuser de modifier ses règles en matière de secret bancaire risquait de la placer dans une position "isolée et intenable", en l'invitant à imiter la décision du Luxembourg d'accepter le partage d'informations fiscales.

Le chancelier autrichien Werner Faymann s'est dit ouvert à des discussions sur ce sujet mais la ministre des Finances Maria Fekter a promis de se battre "comme une lionne" pour sauvegarder le régime actuel du secret bancaire.

L'Autriche et le Luxembourg sont aujourd'hui les deux seuls pays de la zone euro à garantir aux titulaires de comptes bancaires la confidentialité de leur identité. Une double exception contre laquelle s'élèvent de plus en plus de voix, à commencer par celle de l'Allemagne, sur fond de crise de la dette, d'affaire Cahuzac en France et de révélations de presse sur les centres financiers "offshore".

Dimanche, le ministre luxembourgeois des Finances Luc Frieden a dit que son pays était prêt à modifier les règles régissant le secret bancaire.

"Le Luxembourg n'est pas un paradis fiscal", a-t-il dit à la presse allemande, évoquant la tendance générale au développement des échanges d'informations fiscales.

Même si Luc Frieden n'a précisé ni les modalités ni le calendrier d'une réforme du secret bancaire, ses propos ont été salués dès lundi par la Commission européenne.

"Je me félicite tout à fait de la nouvelle ouverture du Luxembourg s'agissant des échanges automatiques d'informations, même si cela aurait dû arriver depuis longtemps", a déclaré Algirdas Semeta, le commissaire chargé de la politique fiscale, dans un communiqué adressé à Reuters.

"Les projecteurs se tournent maintenant vers l'Autriche. Si ce pays continue de résister à ce mouvement inexorable vers une plus grande transparence, il se trouvera dans une position isolée et intenable."   Suite...

 
La Commission européenne salue l'engagement du Luxembourg à coopérer plus étroitement avec les autorités fiscales étrangères, et invite l'Autriche à suivre cet exemple sous peine de se retrouver dangereusement isolée au sein de l'UE. /Photo d'archives/REUTERS/Heinz-Peter Bader